Dans un premier temps, le Kremlin a vu dans les paroles de Trump une sorte de bluff ayant pour but d’accélérer les consultations sur le sort de la Syrie et de Bachar al-Assad, mais l’attaque nocturne des missiles américains contre la base aérienne syrienne l’a pris totalement au dépourvu. Moscou a reconnu qu’il était averti de cette attaque, mais néanmoins avait “suspendu” la validité du mémorandum sur la prévention des incidents et sur la sécurité des vols aériens qui a été conclu avec la partie américaine. A la réunion du Conseil national de sécurité convoquée d’urgence vendredi matin le président Poutine a caractérisé cette attaque comme “une agression contre un Etat souverain” et comme “une violation flagrante du droit international”.

Continue reading »