Mai 292017
 

Source: Cet excellent ouvrage qui nous fait pénétrer dans la lettre et l’esprit de la propagande nazie pendant la 2e Guerre mondiale a de quoi surprendre par bien des aspects, qui restent sinon largement escamotés de nos jours. Bien sûr, on peut d’abord y mesurer toute l’ampleur et la profondeur de la propagande anti-juive déployée par l’Allemagne nazie. Ainsi que la proximité, pour ne pas dire l’intimité des dirigeants nazis et de leaders religieux musulmans de l’époque. Mais on y découvre aussi et surtout que la propagande nazie, dans le monde arabe, était totalement imprégnée de culture musulmane.

Il est commun aujourd’hui de penser ou d’avancer que le nazisme a influencé négativement le monde arabe, lui a inoculé un venin anti-juif concocté dans un chaudron de nationalisme raciste et hégémonique. Mais à la lecture des textes de propagande destinés au monde arabe, et qu’on est vite porté à qualifier plutôt de prêches, on s’aperçoit en fait que la propagande nazie en arabe se fondait essentiellement sur les croyances musulmanes, et faisaient systématiquement référence au Coran, à Mahomet, à la glorieuse histoire des conquêtes arabes… et à la haine anti-juive secrétée par la religion musulmane.
Continue reading »

Mai 202017
 

Source: Dans une tribune, le journaliste égyptien Saïd Shuayb appelle à une mobilisation pour « réanimer et promouvoir la critique humaniste » au sein de l’islam.

Un Egyptien montre une page de l’évangile de Jean ensanglantée par l’attentat perpétré contre les chrétiens coptes de l’église de Tanta, au nord du Caire, le 9 avril 2017.

« Je suis musulman et je déteste les chrétiens. »

Oui, avoir les chrétiens en abomination est un devoir religieux islamique, les mépriser est une nécessité. Ce ne sont pas véritablement des êtres humains. Soit on les pousse à émigrer en dehors des pays musulmans, soit on les tue. Et si on est un musulman noble, on les laisse vivre, mais humiliés, outragés, et on leur fait payer la jiziya, le tribut prévu dans le Coran pour les minorités non musulmanes, pour les rabaisser.

Ceci est clairement une partie importante de la culture religieuse islamique. Il ne faut pas tomber dans le piège de croire que ce qui est arrivé dans la province d’Al-Miniya, à 240 km au sud du Caire [en mai 2016 dans un village, une femme copte de 70 ans avait été agressée et humiliée par des islamistes], et ce qui est arrivé avant et ce qu’arrivera encore dans d’autres lieux est uniquement causé par des salafistes puritains radicaux ou des wahhabites saoudiens.

Continue reading »

Mai 172017
 

Source : 7 sur 7 (Belgique), 16 mai 2017

Notons bien, au sujet de l’assurance maladie pour tous, et pour en profiter pour briser au passage une légende tenace selon laquelle il n’existerait pas de services sociaux aux Etats-Unis (même avant l’Obamacare, on n’y laissait pas mourir les malades sous prétexte qu’ils étaient insolvables : il y a toujours eu ce que l’on appelle les Charity Hospitals, une solution loin d’être parfaite, mais qui garantissait l’accès des plus pauvres aux soins médicaux ; les Etats-Unis ont également les “Food Stamps”, entre autres aides pour les plus pauvres), qu’elle n’a jamais dit que les chômeurs pouvaient crever s’ils étaient malades, mais que “… je pense qu’il faut cultiver cet état d’esprit où l’on cherche à avoir l’assurance maladie et en même temps des emplois pour tous les Américains.” La remarque selon laquelle il faudrait viser le plein-emploi semble frappée au coin du bon sens… mais pas pour tout le monde ! Quoiqu’il en soit, il s’agit d’une conception de l’organisation de la société qui en vaut bien une autre, mais quand on est noire aux Etats-Unis, on est automatiquement supposée être anti-Trump, féministe bon teint, etc. – et pourquoi pas musulmane et voilée pendant qu’on y est ? Le “conservatisme” est un truc de vilains mâles blancs hétérosexuels, de préférence de ces abrutis de red-necks originaires de la Bible-belt, c’est bien connu.


Les propos de la nouvelle Miss USA font polémique

Kara McCullough, Miss District of Columbia, interrogée durant l’élection de Miss USA. © getty.

Elle semblait avoir vraiment tout pour elle: Miss District of Columbia, élue plus belle femme des Etats-Unis dimanche, est diplômée en chimie et travaille pour l’état, à la Commission de réglementation nucléaire (NRC). Une tête bien faite dans un corps parfait, du moins sur papier puisqu’à l’interview, les réponses de la miss ont laissé plus d’un téléspectateur pantois.

Continue reading »

Mai 132017
 

Houria Bouteldja colonise la fac

Vendredi 5 mai 2017 à l’Université de Rennes 2, Houria Bouteldja a finalement pu tenir sa conférence malgré l’interdiction prononcée par la Présidence de l’université en dépit des mises en garde rendues publiques par la LICRA et Gilles Clavreul, Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.

Le service Communication de l’Université nous a indiqué que la direction de l’établissement n’a pas souhaité aller plus loin dans la contrainte pour faire respecter la décision qui avait été prise de prohiber cet événement. Rien n’a donc pu éviter, pour cette fois, l’expression du PIR.

Depuis plusieurs semaines, à grands renforts de publicité sur les réseaux sociaux, la venue d’Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes de la République, était annoncée par le Collectif de « doctorants, jeunes chercheurs et précaires » Doctarène qui était à l’initiative de cet événement. L’objet de cette rencontre était la promotion de son opus indigeste intitulé « Les Blancs, les Juifs et Nous » dans lequel elle défend des thèses des thèses différentialistes, fondées sur le repli ethnique et identitaire. Retour sur la véritable idéologie des Indigènes de la République. Continue reading »

Mai 082017
 

Source: Visiblement rédigé et illustré à l’intention des jeunes filles francophones, ce petit livre contient tout le nécessaire pour jouer à la musulmane avec les copines. Et il évite très soigneusement tout ce qui pourrait permettre de comprendre les implications désastreuses de ce jeu dangereux.
Continue reading »

Mai 012017
 

Source: Disons-le d’emblée, ce livret aussi nous précise que le 7e verset de la Fatiha, première sourate du Coran dans l’ordre canonique, désigne les juifs et les chrétiens. Et confirme ainsi que les musulmans (pratiquants) maudissent ces derniers au moins 17 fois par jour en prière. Il rappelle aussi (deux fois: en introduction et en conclusion), que la récitation de la Fatiha est indispensable lors de toute prière – sans cette répétition, aucune prière ne serait valable. Voici donc pour confirmer l’essentiel, qui ressort également de l’étude de la totalité des exégèses coraniques, de toutes les écoles juridiques, du VIIIe siècle à nos jours, qu’on peut consulter dans La Fatiha et la culture de la haine: Interprétation du 7e verset à travers les siècles.

Après une introduction où il parle de l’islam d’une manière très générale et donne quelques renseignements de base sur la Fatiha, l’auteur a choisi de s’étendre assez longuement sur chacun de ses versets. Il trouve ainsi l’occasion de proposer à chaque fois un petit cours d’initiation sur les fondements de la foi musulmane. À ce titre, l’ouvrage peut présenter un certain intérêt pour des novices qui souhaiteraient découvrir rapidement les principaux modes de réflexion typiques du croyant musulman.

Continue reading »

Mai 012017
 

Source: Dans la Bible, Marc 5, Jésus réalise l’exorcisme d’un homme vivant dans des sépulcres et dont les quelque 2000 démons qui l’habitaient auraient été envoyés dans des pourceaux qui se précipitèrent aussitôt dans la mer. Au début de la procédure, Jésus aurait interrogé le possédé, lui demandant son nom. «Légion est mon nom, car nous sommes nombreux», aurait répondu l’homme.

Dans l’introduction de son commentaire de la Fatiha, la première sourate du Coran dans l’ordre usuel, Hani Ramadan avance que «le signe qu’un être ou une chose ont une grande valeur, c’est de voir cet être ou cette chose nommés de différentes façons». Il nous annonce fièrement que «dans la tradition islamique, le Créateur à quatre-vingt-dix-neuf noms, auxquels viennent s’ajouter ceux qui sont mentionnés en-dehors de cette liste, dans le Coran et la Sunna». Il insiste même pour nous apprendre que Mahomet aurait dit à propos de lui-même: «J’ai cinq noms: je suis Muhammad, et je suis Ahmad. Je suis le Hâshir (le Rassembleur), aux pieds duquel les gens seront rassemblés (au Jour dernier). Je suis le Mâhi (l’Effaceur), par lequel Dieu efface l’incroyance. Et je suis le Âqib (l’ultime Prophète).»

Continue reading »

Avr 302017
 

Source: Pour une grande partie des gens, sans doute, la prière désigne surtout un moment d’intimité avec Dieu, un effort personnel de rapprochement du sacré, que chacun est libre de concevoir selon ses convictions et l’inspiration de l’instant. Certes les Églises dictent certains comportements et éditent des missels avec des textes de prières à réciter, mais leur usage n’est prescrit que dans le cadre liturgique. Il en va tout autrement dans l’islam, où chaque musulman est tenu de réciter certaines invocations et certains textes bien définis, selon un rite précis, avec des gestes imposés, de nombreuses fois par jour. L’islam semble tenter de faire de la vie entière une seule longue liturgie.

La Fatiha, la première sourate du Coran dans l’ordre canonique, est de très loin le plus important de ces textes. Ses sept courts versets (l’ensemble est de longueur à peu près équivalente à celle du Notre Père) rappelant les éléments fondamentaux de la foi musulmane servent de validation de l’acte de la prière – aucune prière n’est valable sans leur récitation.

Continue reading »

Avr 282017
 

Source: Cet ouvrage de 1958, réédité dans les années 1990, est hélas pratiquement introuvable hors du Liban. C’est une lacune grave, car les informations qu’il réunit sont urgemment nécessaires en Occident, pour comprendre l’attitude que les textes fondateurs de l’islam incitent les musulmans à adopter envers les juifs et les chrétiens.

L’auteur commence par rappeler les circonstances de la fable fondatrice de l’islam qui ont formé les bases légales réglant le statut des non-musulmans tolérés comme tels dans l’islam. Le Coran et la tradition de Mahomet donnent des instructions contradictoires à ce propos. Certains versets coraniques semblent les louer et reconnaître leur qualité. Et on attribue à Mahomet la conclusion d’accords de bon voisinage avec des communautés chrétiennes, notamment à Najran. Mais d’autres versets, considérés comme plus tardifs, menacent et maudissent juifs et chrétiens (voir notamment 9.29-31), des hadiths indiquent que Mahomet aurait ordonné, sur son lit de mort, de ne laisser subsister aucune autre religion que l’islam en Arabie, et diverses versions d’un pacte dit de Omar réglant les relations avec les «dhimmis» à leur très net désavantage nous sont parvenues.

Continue reading »

Avr 162017
 

Ajoutée le 14 avr. 2017

Marwan Muhammad est directeur du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).

Dans un contexte musulman, il explique à partir du Coran la supériorité de la communauté musulmane sur les non musulmans. Mais dans les médias mécréants, il ignore bizarrement ce même Coran et joue au parfait laïc et défenseur des libertés.

Avr 072017
 

Source: Ce deuxième livre de Waleed al-Husseini est un dernier cri d’alarme avant un tournant décisif, un point de non-retour. L’auteur nous dit en substance qu’il est déjà trop tard pour beaucoup de choses et que l’essentiel est maintenant en jeu – la liberté, la démocratie, la laïcité et tous les acquis de la République. Pour nous en convaincre, il nous livre son analyse complète de l’islam et de la situation en France. Son parcours exceptionnel, son expérience d’une société 100% musulmane dont il a dû s’échapper, et ses activités en France depuis lors, avec son engagement en faveur des qualités fondamentales de la démocratie moderne, lui procurent un bagage précieux et un regard unique sur des aspects du problème que très peu de gens peuvent ou veulent observer, sans parler de les maîtriser.

Il a choisi un ton extrêmement direct et franc, au risque de heurter de nombreuses sensibilités. Plus question pour lui de ménager les bonnes âmes – il dit les choses comme il les voit, et cela fait souvent très mal. Il parle de gens nourris de haine dès l’enfance, des traits caractéristiques et constants d’un islam né d’une guerre médiévale qu’il n’a jamais vraiment dépassé, d’organisations conçues et maintenues dans le but de répandre cet islam, des motivations très diverses mais concourantes des acteurs musulmans intervenant en France et, en filigrane, des traîtres – ces gens et ces institutions en place qui se gargarisent de valeurs humanistes ou républicaines qu’ils trahissent dès qu’il s’agit d’islam.

Il aborde tous les sujets qui fâchent et que personne ou presque, dans l’establishment politique et médiatique, ne veut discerner. La politique de l’autruche, les illusions des uns et des autres, la nature communautarisme de la foi musulmane, la dichotomie forcée entre citoyenneté et croyance pour les musulmans et les menaces que cela fait peser sur la laïcité; ce qu’il appelle la «guerre des terminologies» avec tous ces termes qui embrouillent les débats, l’islamophobie, la haine, le racisme, la radicalisation, la régression, la «colonisation graduelle», l’«islamisation persuasive», le parallèle entre jihad et terrorisme, le mensonge grotesque de l’islam dit éclairé ou modéré, le rejet de la modernité. Tout cela comme autant de facettes d’un enfer qu’il connaît bien pour y avoir vécu et qu’il voit maintenant progresser dans son pays d’adoption, telle une coulée de lave.

C’est un livre dur, noir, anguleux, contondant, sans fausse courtoisie. Un choc. Certains en resteront au stade du déni. Mais ceux qui voudront bien aller au-delà y gagneront une largeur de vue permettant sinon de résoudre le problème de l’islam en France, du moins d’en éviter les principaux pièges, où pour l’instant des pans entiers de la société française semblent bien décidés à s’engouffrer. La France a un besoin urgent de voix telles que celle de Waleed al-Husseini, pour percer le voile d’affabulations et de trahisons derrière lequel avance la menace existentielle, la maladie de la soumission, religieuse ou politique, au dieu de l’islam. Une maladie pour laquelle il n’existe pas encore de remède et qui, depuis des décennies maintenant, fait de plus en plus de victimes.

Avr 012017
 

Source  Matthieu Baumier

Matthieu Baumier est essayiste et romancier. Publié le 01 avril 2017 / Politique Mots-clés : , , , , , ,

amine khatmi islam laicite ps

Non je ne me tairai plus est un témoignage saisissant. Retour sur les faits à l’origine de ce livre. Des paroles et des actes, 21 janvier 2016. Sous-titre : Les deux France. Pujadas convie Daniel Cohn-Bendit et Alain Finkielkraut à débattre autour des drames de l’année 2015. À la 42e minute, l’animateur donne la parole à une troisième France : Wiam Berhouma, jeune femme de 26 ans, professeur d’anglais dans un collège et de « confession musulmane ». Selon Pujadas, elle veut s’adresser à Finkielkraut. L’animateur insiste sur le fait que Wiam Berhouma ne serait « encartée dans aucun parti ».

Raciste, la société française?

Devant son écran, Amine El Khatmi n’en croit pas ses oreilles. Wiam Berhouma déroule calmement sa haine de la République et parle d’islamophobie en tant que « racisme d’État ». La cible ? Finkielkraut et ceux qui, selon elle, favoriseraient une libération de « la parole raciste », laquelle serait « largement partagée par une grande partie de la société française ». El Khatmi bout : la société française en « grande partie » raciste ? L’élu socialiste est épouvanté par le discours de haine de Wiam Berhouma, invitée par un Pujadas ne pouvant ignorer ses sympathies affichées pour le Parti des Indigènes de la République, le PIR — acronyme réaliste.

par rinmedia

Lynchage 2.0 du « collabeur »… Continue reading »

Mar 262017
 

 

S’il y avait une personne qui se sentait responsable de la qualité des émissions politiques de France Télévision, il serait temps qu’elle justifie son salaire. “L’émission politique” devrait être revue de fond en comble et ses animateurs remplacés pour cause de malhonnêteté intellectuelle grossière.

Entre le festival d’islamistes décomplexés que l’on fait passer pour représentatifs des Français de confession musulmane, les sympathisants du Parti des indigènes et les soutiens du camp décolonial (camp raciste interdit aux blancs) présentés comme des militants anti-racistes ou des pédagogues et le “people” psychologiquement fragile érigé en vox du populi, ce n’est plus un panel d’invités qu’ils sélectionnent, mais une galerie de grotesques qu’ils exposent et une idéologie qu’ils servent. La récurrence dans le choix d’invités douteux accréditant l’idée que l’on est davantage confronté à une volonté de manipulation et à des actes militants qu’à la défaillance d’un journaliste médiocre qui bâclerait son travail. Continue reading »

Mar 182017
 

Forum Research : Seulement 14% des Canadiens appuient la #Motion103 sur l’islamophobie

Photos d’une consultation privée de membres du caucus libéral fédéral avec des leaders islamistes sur la Motion M-103. Cette rencontre qui s’est déroulée le 8 février 2017 a fait l’objet d’un article de Point de Bascule.

Message Twitter original
https://twitter.com/iamIqraKhalid/status/829386786908540932/photo/1 / WebArchive

Photos agrandies archivées GAUCHE / DROITE

PHOTO DE GAUCHE (Les participants vus de face de gauche à droite)

SALMA ZAHIDDéputée libérale Scarborough Centre
IHSAAN GARDEEDirecteur exécutif CNMC / CAIR-Canada
HAROUN BOUAZZICo-président AMAL-Québec
FRANK BAYLISDéputé libéral Pierrefonds-Dollard
ABDELBASSET BENAISSA Gestionnaire Islamic Relief Canada
MOHAMED YANGUI Président Centre culturel islamique de Québec

PHOTO DE DROITE (Les participants vus de face de gauche à droite)

IDIL ISSA Directrice des communications Institut La route de la soie (Montréal)
AMIRA ELGHAWABY Directrice des communications CNMC / CAIR-Canada
SABRINA SASSI Étudiante au doctorat Université Laval (Québec)
IQRA KHALIDDéputée libérale Mississauga-Erin Mills Continue reading »

Mar 122017
 

Source  12/03/2017 à 13h58

Recep Tayyip Erdogan, le 12 mars 2017.

Après l’interdiction d’entrée aux Pays-Bas, samedi, du ministre turc des Affaires étrangères, le pays a expulsé une autre responsable politique turque, sur fond de crise diplomatique naissante entre les deux pays. Continue reading »

Mar 022017
 

Source (voir les autres sources à la fin du billet):

Continue reading »

Fév 212017
 

Source Mardi 21 Février 2017 à 12:09

Directeur adjoint de la rédaction de Marianne

Pour les journaux qui ont encensé Mehdi Meklat, la révélation de son vrai visage n’est qu’une manipulation organisée par l’extrême droite et les « islamophobes ». Esprits sérieux, s’abstenir.
Comment enterrer l’affaire Mehdi Meklat ? L’exercice n’est pas des plus simples tant les propos tenus par celui que Le Monde avait baptisé « la voix des discriminés », véritable vedette de la sphère médiatique, exhalent les effluves les plus rances.

Continue reading »

Fév 102017
 

Source

Photo - Iqra Khalid

42e législature, 1re session M-103
Racisme et discrimination religieuse systémiqueTexte de la motionQue, de l’avis de la Chambre, le gouvernement devrait : a) reconnaître qu’il faille endiguer le climat de haine et de peur qui s’installe dans la population; b) condamner lislamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination religieuse systémiques et prendre acte de la pétition e-411 à la Chambre des communes, ainsi que des problèmes qu’elle a soulevés; c) demander que le Comité permanent du patrimoine canadien entreprenne une étude sur la façon dont le gouvernement pourrait (i) établir une approche pangouvernementale pour la réduction ou l’élimination du racisme et de la discrimination religieuse systémiques, dont l’islamophobie, au Canada,

Continue reading »

Fév 022017
 

Source: La prière fait partie des 5 piliers de l’islam, qui sont : L’attestation de la foi, la prière, le jeûne, l’aumône et le pèlerinage. En droit musulman, celui qui nie l’obligation de prier est considéré comme apostat et passible de la peine de mort. Et celui qui ne prie pas par paresse est considéré comme un pécheur, et doit être contraint de prier. Puis, s’il refuse, il peut être mis à mort. Cette obligation de prier, sous peine de mort, est confirmée dans le traité de droit d’Ibn Ruchd, le fameux philosophe et juriste dit Averroès (décédé en 1198). Le père de famille peut contraindre les membres de sa famille qui ne s’y conforment pas, et cela s’applique même au mineur à partir de l’âge de dix ans. Extrait de l’article de Sami A. Aldeeb Abu-Sahlieh.

 


Mahomet et prière.

Continue reading »

Jan 092017
 

Source    Eric Burgraff Mis en ligne il y a 11 heures| mis à jour à 13:54 Noir Jaune Blues

Vingt ans après, Le Soir a remis au goût du jour son enquête « Noir, Jaune, Blues », en collaboration avec la RTBF. Une réalité domine : le Belge moyen s’est trouvé une victime, l’étranger.

Continue reading »

Déc 182016
 

Source Par Isabelle Kersimon Mis à jour le 17/12/2015 à 18:29 Publié le 17/12/2015 à 16:44

FIGAROVOX/ANALYSE – Gilles Clavreul, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra) a déclenché la polémique en dénonçant plusieurs collectifs antiraciste proches de Tariq ramadan. Le décryptage d’Isabelle Kersimon.


Isabelle Kersimon est journaliste. Elle a coécrit, avec Jean-Christophe Moreau, Islamophobie: la contre-enquête (Plein Jour, 288p, 19€, octobre 2014).


Volée de bois vert contre Gilles Clavreul. Qui sont les islamistes qu’il dénonce vaillamment et qui lui valent les remontrances de Libération, L’Humanité… et de la LDH?

Continue reading »

Déc 112016
 

Sayyed Al-Qimni : l’anti – Ramadan

Dimanche 22 mai, ce Voltaire des temps modernes, figure du monde intellectuel au Moyen-Orient, plusieurs fois condamné à mort et menacé pour oser défendre la laïcité est venu à Bruxelles à notre rencontre.

Il est très difficile pour moi, jeune Tunisien laïque et progressiste, de rester objectif en parlant de Dr. Sayyed Al-Qimni.

La lecture de ses livres représente un commun et une étape primordiale chez les jeunes progressistes du monde arabe dans leur long chemin vers la modernité et l’émancipation.

Malgré cette haute estime et un très fort sentiment de reconnaissance en Tunisie et plus largement dans le monde arabe, ce grand professeur égyptien est ignoré des lecteurs français pour n’avoir pu dépasser la barrière de la traduction. Continue reading »

Déc 102016
 

Source  Par Julien Licourt Mis à jour le 10/12/2016 à 08:44 Publié le 09/12/2016 à 06:00

Geert Wilders, à son procès.

Le patron du Parti pour la liberté a néanmoins été relaxé du chef d’incitation à la haine pour des propos controversés sur les Marocains. Absent à l’annonce du verdict, il a fait savoir son intention de faire appel. Continue reading »