Les policiers de la sûreté urbaine de la daïra d’Akbou ont effectué, ce mardi 23 juin dans l’après-midi, une descente dans une cafétéria fréquentée par des non-jeûneurs, rapporte TSA. L’opération a été menée dans une cafétéria située à proximité du marché de la ville d’Akbou. Les policiers ont confisqué les pièces d’identité des non-jeûneurs qui se trouvaient sur place. Pourtant, face à la résistance de plusieurs clients, les policiers n’ont pas eu d’autre choix que de restituer leurs papiers aux non-jeûneurs. Par ailleurs, le gérant du café et les non-jeûneurs ont reçu le soutien de nombreux citoyens qui sont venus témoigner leur solidarité et leur attachement à la liberté de conscience. Farouk Ksentini a rappelé hier, toujours dans les colonnes de TSA, qu’ « il n’y a absolument aucun texte qui réprimande cet acte, contrairement au Maroc par exemple ». Pour le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l’Homme (CNCPPDH), « les non-jeûneurs ne commettent aucune infraction selon les lois algériennes. Par contre, la police peut considérer cet acte comme étant un trouble à l’ordre public, sachant que la majorité de nos compatriotes sont des musulmans qui observent le jeûne. Mais les choses s’arrêtent au niveau du commissariat puisqu’en l’absence d’inculpation, les non-jeûneurs ne peuvent pas être différés devant un tribunal ».