Oct 062017
 

Source

Depuis la série d’attentats perpétrés en France par des islamistes, nous assistons à une sorte d’auto-flagellation qui prend des allures pseudo-christiques du genre : “Vous n’aurez pas ma haine” !
Cet angélisme gaucho-boboïste, qui fait bien le jeu de l’islam, a eu recours à certaines sentences de Jésus, présentées comme un pacifique-collabo qui incite à ne pas se défendre contre les criminels, les envahisseurs, et les “jihadistes” de l’époque !
Qu’en est-il au juste ?
Tout d’abord, voici les versets en question sur “tendre la joue” :
LUC 6, 28-30
“Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous maltraitent. Si quelqu’un te frappe sur une joue, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un prend ton manteau, ne l’empêche pas de prendre aussi ta tunique. Donne à qui te demande, et ne réclame pas ton bien à qui s’en empare.…
MATTHIEU 5, 39-40 :
Mais moi, je vous dis de ne pas résister au haineux. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui aussi ton manteau.
Ces paroles d’Evangiles ne sont pas des ‘nouveautés’ de Jésus, mais se réfèrent à une série de versets de la Bible israélite judaïque (malencontreusement nommée ‘Ancien Testament’), dont se sont inspirés les Evangélistes.
J’ai livré mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe ; je n’ai pas dérobé mon visage aux ignominies et aux crachats.
Il présentera la joue à celui qui le frappe, Il se rassasiera d’opprobre.
Michée 5:1 : Avec la verge on frappe sur la joue le juge d’Israël.
L’exégèse christique pense que l’incitation de Yeshou’a (le nom hébreu originel de Jésus) à “tendre l’autre joue”, aurait un lien direct avec ces versets et qu’il est question d’une sorte d’auto-flagellation et de soumission au méchant.
Mais cette exégèse est biaisée ! Jésus ne s’adresse aucunement à un “méchant” ou à un oppresseur, de surcroît étranger et ennemi du peuple d’Israël, dénué de toute éthique. Car, en dépit des apparences, la sentence de Jésus ne se fonde pas sur les versets précités, mais sur un tout autre verset, celui du Livre des Proverbes 25, 21-22 :
Si celui qui te hait a faim, nourris-le de pain et s’il a soif, abreuve-le d’eau. Car ce sont des braises que tu répands sur sa tête.
En fait, pour Jésus il s’agissait de raviver la conscience morale de tout quidam dans le peuple d’Israël, et indirectement chez les autres peuples. Ce quidam n’est pas forcément un “méchant”, ni un occupant oppresseur, mais quelqu’un qui a développé une haine gratuite envers son prochain.
D’ailleurs le même Livre des Lamentations qui parle de “présenter la joue”, enjoint de punir les “méchants” et les criminels (versets 64-66) :
Tu les poursuivras de ton ire, et tu les extermineras de dessous les cieux de Yahweh !
D’autre part, Jésus lui-même a dit (Matthieu 10, 34) : “Je ne suis pas venu apporter la paix mais l’épée”. De surcroît, il enjoint à ses disciples de se munir d’armes (Luc 22-36) en vue d’une éventuelle rébellion armée contre l’occupant romain : “que celui qui n’a point d’épée vende son vêtement et achète une épée”.
Jésus, n’était donc pas un “doux agneau”, figure légendaire relayée par l’image d’Epinal, mais un résistant et un patriote hébreu qui aspirait à la rédemption et à la libération d’Israël. Et cette libération exigeait de bouter l’occupant romain hors du pays.
Ce n’est qu’au dernier moment, lorsqu’il comprit que la cruelle répression romaine s’achèverait dans un bain de sang innocent, avec des représailles contre la population civile, femmes, enfants, vieillards, qu’il fit marche-arrière et préféra sa propre mort à celle de ses compatriotes israélites. 
David A. Belhassen 
 Posted by at 17 h 22 min

  13 Responses to “Que signifie ‘Tendre l’autre joue’ ?”

  1. Yésou n’en reste pas moins un mythe avec des fables tricotées sur mesure. Après l’ère des Pharaons il fallait bien confectionner le costard pour dominer les peuples. En fait, les barbares avaient raisons, ils auraient dû exterminer l’empire Romain.

    Nul ne refait l’histoire n’est-ce pas……

    ne comptons pas sur le vatican et ses suces bittes pour définir, dessiner notre idéal de vie c’est remettre la royauté et autres féodaux au pouvoir en Europe..

    • “Nul ne refait l’histoire n’est-ce pas…” Si Noël le fait tous les jours !
      Un peu de barbares par ci, un peu de Jésus par là, le paperon blanc au milieu, une saupoudrée de suce-bites par dessus, agitez le tout et servez sans façon !

      • En général je ne lis plus tes commentaires farfelus et ne commente plus les commentaires zinzins, je tombe dessus par hazard tes vraiment un bouffon. Tu es un complice des islamistes pôôve mec. T’as pas autre chose à faire? Une femme ou une pute ça te ferai du bien le roqué…….

        • Ou autre, c’est selon ton niveau.

        • Soulagé ? Ça fait du bien de se lâcher de temps en temps. C’est humain.
          C’est pour ça que je titille de temps à autre la soupape ! C’est bon ! Ça fonctionne au quart de tour.
          Tu vois, Noël, je te préfère à une pute. Une pute, je ne saurais quoi lui dire, mais avec toi, on peut causer de chose et d’autre, de Jésus, de joue, de claque, de coup et du pape François, ton préféré !

    • Noël
      Comment peux-tu dire qu’il s’agit d’un mythe, alors que l’existence de Jésus n’est plus contestée par personne de sérieux depuis des lustres ?

  2. La question est la suivante :
    Que signifie tendre l’autre joue ?
    ET que lis-je ? des grossièretés .
    Si l’on croit à ” yeshou ‘a ( ou non ), pourquoi ce vocabulaire indigne ?
    shalom !

  3. Dans le monde antique, recevoir une gifle était une humiliation grave. Surtout lorsqu’elle était donnée du revers de la main – ce que sous-entend la précision de cette phrase « Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre » (Matthieu 5,39), puisque la seule façon pour un droitier d’atteindre la joue droite d’une personne en face de lui est de la frapper du revers de la main. La loi juive prescrivait une amende de 200 zuzims (un zuzim était une pièce de 3,7 grammes d’argent) en cas de gifle avec la paume, et de 400 zuzims en cas de soufflet d’un revers de main. Outre une sanction monétaire, l’offensé pouvait aussi réclamer l’application de la « loi du talion » (du latin talis: « offense, réparation »), comme le laisse supposer le début de l’enseignement de Jésus cité plus haut: « Vous avez appris qu’il a été dit: Œil pour œil, et dent pour dent. ». C’est donc un peu plus compliqué que le simple fait de ne pas répliquer.

    • C’est toujours plus compliqué pour celui qui reçoit. D’autant qu’il est demandé d’en redemander !
      Adieu Zuzims ! C’est gratos !

  4. Ce texte qui tente d’expliquer la pensée de Jésus, ne convainc nullement! Il faudra d’autres explications pour expliquer ces paroles presque scandaleuses du Christ!
    La signification de cette parabole hypothétique, qui semble destiner le Monde à sa perdition en laissant les forces du mal vaincre et dominer jusqu’à l’extermination de toutes les bonnes volontés, m’apparaît contraire au plan de Dieu.
    En effet, pourquoi Dieu aurait-il créer ce Monde pour l’abandonner aux esprits mauvais???
    Il faut trouver d’autres explications pour comprendre la pensée de Jésus; ce n’est pas ces références de l’Ancien Testament qui peuvent satisfaire la raison de l’Homme!
    Si nous n’avions pas combattus le Nazisme Allemand et que nous avions tendus l’autre joug, dans quel état serait le Monde aujourd’hui???………

  5. La signification est pourtant simple car Jesus(dont l’existence est attestée n’est ce pas Noël… ) a simplement voulu signifier qu’il faut rompre le cycle de la violence. Mais il ne dit pas qu’après avoir reçu le 2e coup il ne faut pas repliquer.. Le fait de ne pas repliquer met le violent devant un choix : il continue ou il arrête. Lors de la passion, Jesus reçois des coups de poing dans la figure après avoir répondu au juge et dit à son agresseur :”si j’ai bien parlé pourquoi me frappes tu et si j’ai mal parlé dis moi en quoi? C’est la suite de ces exhortations evangeliques. On a donc la possibilité de rendre les coups au delà du 2e, avis aux cathos bisounours, je suis plutôt dans la lignée de Jeanne d’Arc, qui a été canonisée, comme St Louis d’ailleurs, alors qu’ils ont fait la guerre. La religion chrétienne n’est pas une religion d’eunuques! Avis aux amateurs…

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)