Août 032017
 

Source   Par Caroline Valentin

FIGAROVOX/ANALYSE – Alors qu’un document officiel canadien a été modifié par le gouvernement de Justin Trudeau, qui a supprimé le qualificatif «barbare» désignant certaines pratiques, notamment l’excision des femmes, une polémique est née qui révèle pour Caroline Valentin les limites du multiculturalisme d’État.

Sarah, en Egypte: «J’avais huit ans. Je me souviens de la violence, de ces femmes qui m’ont attrapée et écarté les jambes. Il y a eu cette douleur atroce et du sang, partout. (…) J’ai vu les autres se faire couper devant moi, je ne comprenais rien, j’avais peur. J’ai essayé de m’enfuir, on m’a rattrapée, frappée. Et puis on me l’a fait. (…) Après l’excision en forêt, nous avons toutes été conduites dans une maison où nous sommes restées une bonne semaine. (…) Il manquait une de nos amies. Nous avons appris que la petite était morte à la suite d’une hémorragie. A la fin de la semaine, une fête a été organisée pour célébrer notre excision. Quand j’y pense …».

Leyla, Egyptienne, 13 ans à l’époque, déjà mariée, vendue à un homme de 65 ans pour deux vaches, un poulailler et l’accès à un puits …: «On ne m’a pas dit que j’allais perdre l’organe qui me donnerait du plaisir, on ne m’a pas dit que j’allais subir des souffrances atroces, on ne m’a pas dit que j’allais être traumatisée à vie, physiquement et psychologiquement. On ne m’a pas dit que les rapports sexuels deviendraient extrêmement douloureux. On ne m’a pas dit que Samiha, mon amie d’enfance, développa des abcès et décéda suite à des hémorragies à l’âge de 13 ans aussi. On ne m’a pas dit que ma cousine Bibi devint stérile et que ma deuxième cousine Malaki fut contaminée par le virus du sida».

Leyla encore: «Vingt ans plus tard, les séquelles de la violence subie en étant enfant et adolescente n’ont pas disparu. Les cauchemars sont fréquents, les douleurs physiques, et la douleur de l’âme encore plus.»

Mariétou: «Je ne serai jamais une fille «normale» je dirai même jamais une fille tout simplement. Car on m’a enlevé ce qui pour moi me faisais être une vraie fille. J’en voulais à ma famille qui m’a fait subir cela, à la société et même au bon Dieu qui m’a donné cette famille avec ces traditions bêtes, animales et inhumaines.»

Internet regorge de ces témoignages. La sauvagerie et la brutalité des faits rapportés vous prennent à la gorge. Sans parler des vidéos, encore plus insoutenables. Témoignages nombreux, témoignages de pratiques d’un autre âge mais témoignages d’aujourd’hui. Car ces témoins sont souvent, aujourd’hui encore, des femmes jeunes.

Devant la violence et la douleur qui émanent de ces récits tragiques, la moindre des choses que nous aurions pu espérer aurait été un condamnation absolue, spontanée et sans équivoque de ces pratiques barbares, et le mot est important. Par respect pour ces femmes, victimes, alors qu’elles n’étaient que des enfants, d’un crime de sang demeuré impuni. Par respect pour nous, pour ce en quoi nous croyons et ce que nous avons la prétention d’incarner: le respect de l’individu, de ses droits, de ses libertés, de sa dignité, de son intégrité physique.

On aurait pu l’espérer et c’est fort heureusement le cas dans la plupart des grandes démocraties libérales occidentales. La plupart mais pas nécessairement durablement. Il faut en effet dorénavant compter avec le zèle des multiculturalistes au pouvoir au Canada, engagés dans une révolution culturelle si radicale qu’on peut se demander si elle n’est pas susceptible d’affecter certains des repères les plus familiers de notre décence occidentale commune.

Une précision sémantique s’impose. Certaines sociétés sont multiculturelles de fait, en ce sens qu’elles accueillent depuis longtemps et comptent en leur sein des individus qui sont issus de cultures différentes de la culture majoritaire. C’est le cas de la plupart des pays occidentaux, et c’est le cas de la France, encore plus d’ailleurs qu’au Canada. Sociétés multiculturelles donc, mais pas nécessairement sociétés multiculturalistes comme le Canada pour autant. Car il y a deux manières d’envisager la cohabitation de cultures différentes au sein d’une même société: le modèle français traditionnel d’intégration, appliqué pendant des décennies, demandait aux immigrés d’apprendre à connaître et de respecter la culture française, et, en cas de conflit avec leur culture d’origine, de faire prévaloir les normes et valeurs françaises. Ce modèle n’entrave ni n’interdit l’évolution de l’identité culturelle de la population majoritaire, évolution qui dépend naturellement aussi de l’influence des cultures importées, mais cette influence ne peut affecter certaines valeurs qui font consensus dans la société et qui sont jugées indépassables et inaltérables, telles l’égalité des droits des citoyens ou le respect de l’intégrité physique des individus.

A l’opposé, le Canada a décidé il y a quarante-six ans que ce qui le caractérisait ne serait plus sa culture propre, celle de ses peuples fondateurs (Canadiens-Anglais et Canadiens-Français) mais son ouverture à la diversité. Les conflits culturels ne se résolvent pas par un principe hiérarchique de la prééminence de la culture de l’accueillant sur celle de l’accueilli mais par l’accommodement que l’accueillant mettra à disposition de l’accueilli pour lui permettre de vivre sa culture comme il la vivait dans son pays d’origine. Toutes les cultures représentées sur son territoire peuvent coexister, car elles sont toutes aussi légitimes les unes que les autres, toutes aussi valables les unes que les autres. Dès lors, comme l’explique très bien le sociologue québécois Mathieu Bock-Côté, le modèle multiculturaliste canadien se caractérise par «l’inversion du devoir d’intégration. Ce n’est plus aux immigrants de prendre le pli identitaire de la société d’accueil. C’est à cette dernière de se reconstruire pour accommoder la diversité».

Générosité, tolérance, ouverture d’esprit, le modèle multiculturaliste a une esthétique certaine. Quel humaniste resterait insensible à cette déclaration d’amour au monde? Et après tout, changer, progresser, s’adapter, n’est-ce pas finalement dans l’ordre des choses? Sauf que quand il s’agit de passer à l’application concrète de ces belles idées, les compromis faustiens qu’elles impliquent apparaissent petit à petit. C’est ce qu’illustre précisément la controverse sur ce sujet des mutilations sexuelles féminines qui a récemment éclaté au Canada.

L’histoire est la suivante: le gouvernement du sémillant Justin Trudeau, premier ministre du Canada, prépare une refonte du guide Découvrir le Canada: les droits et responsabilités liés à la citoyenneté, remis à chaque nouvel arrivant. Pourquoi cette réforme? Notamment car la version initiale, élaborée en 2011 par le gouvernement des méchants conservateurs rétrogrades, prévenait les futurs immigrés que le Canada ne saurait accepter «les pratiques culturelles barbares qui tolèrent la violence conjugale, les «meurtres d’honneur», la mutilation sexuelle des femmes, les mariages forcés ou d’autres actes de violence fondée sur le sexe.»Justin avait tiqué: «barbares», c’était trop pour lui ; il aurait préféré que le guide employât l’expression plus neutre de «totalement inacceptables»«Dans une publication officielle du Canada, s’était-il insurgé, il faut faire un petit effort de neutralité responsable». Pour le dire autrement, qualifier ce qui était arrivé à Sarah, Leyla, Samiha, Malika, Mariétou et tant d’autres fillettes de «barbare», c’était, selon Justin, la preuve de l’irresponsabilité du gouvernement conservateur, ni plus ni moins.

Or il y a cinq ans, Justin Trudeau n’était qu’un simple député ; être le fils de Pierre Elliott Trudeau, ancien premier ministre et grand timonier du multiculturalisme canadien, ne suffisait pas à en imposer. La pluie de critiques qui s’était abattue sur lui l’avait alors contraint à faire marche arrière et à s’excuser des propos qu’il avait tenus, en des termes à première vue assez clairs: «Je crois que les actes décrits sont haineux, que ce sont des actes barbares qui sont complètement inacceptables dans notre société. Je retire mes commentaires et je m’excuse s’ils ont été interprétés comme minimisant la nature cruelle et sérieuse des meurtres d’honneur ou tout autre acte violent».

Mais il n’avait malheureusement pas résisté à la tentation de justifier sa déclaration initiale, dans des termes cette fois beaucoup plus confus: «Mon problème avec l’utilisation du mot «barbare», c’est qu’il a été choisi pour rassurer les Canadiens plutôt que pour changer réellement des comportements inacceptables. La valeur subjective de ce mot fait en sorte qu’il est facile de le voir comme une insulte plutôt que comme une déclaration officielle», en laissant entendre que les sociétés culturelles issues des pays où ces pratiques sont tolérées sont «moins civilisés que nous».

Pour Justin Trudeau, dire «barbare»rassure et ne sert à rien. Dire «inacceptable» serait plus efficace pour inciter à l’abandon de ces pratiques car les personnes concernées ne se sentiraient pas insultées. En d’autres termes, pour Justin Trudeau, l’incitation à l’abandon de ces pratiques serait d’autant plus convaincante que la condamnation dont elles font l’objet est moins brutale. Il admet cependant que la subjectivité de la condamnation est un problème, mais, étrangement, il voit de la subjectivité dans l’adjectif «barbare» et non dans l’adjectif «inacceptable».

Or, «inacceptable», c’est ce qu’une société n’accepte pas à un certain moment de son histoire, et à un moment où cette société partage certaines idées, qui sont fluctuantes dans le temps ; au contraire, le qualificatif «barbare», lui, rejette de manière absolue et permanente ce type de pratiques en dehors du monde des possibles. Or, si aujourd’hui, juger que ces pratiques sont «inacceptables» plutôt que «barbares» aboutit à une même condamnation de celles-ci, ce changement de paradigme risque en revanche d’avoir des conséquences importantes au fur et à mesure de l’évolution des mœurs du Canada, évolution d’autant plus rapide qu’elle se fait là-bas sous l’égide du multiculturalisme. Et si demain, une majorité des membres de la société venait à ne plus être révoltée par ses actes, il faudrait alors les considérer comme acceptables.

En réalité, cette intervention de Justin Trudeau est loin d’être anecdotique. Passer de la notion de barbarie à celle d’acceptabilité relève d’un changement radical d’orientation du jugement dans la mesure où l’on ne se base plus sur un critère de nature mais sur un critère de degré. A travers cette déclaration, Justin Trudeau manifeste son hostilité à l’opposition classique entre civilisation et barbarie et à l’intransigeance que cette opposition suppose. Le grand philosophe polonais Leszek Kolakowski analyse très judicieusement l’implication très profonde de ce changement de paradigme quand il écrit que l’universalisme culturel «se contredit si sa générosité va jusqu’à ignorer les différences entre universalisme et exclusivisme, tolérance et intolérance, lui-même et la barbarie. ; et il se contredit lui-même si, dans l’idée d’éviter la tentation d’être barbare, il concède aux autres un droit à la barbarie.»

Or les conséquences de ce renoncement sont susceptibles d’être à terme d’autant plus considérables pour le Canada qu’il n’a pas forcément les moyens juridiques pour se protéger des dérives de ce parti pris idéologique, nous y reviendrons.

Reprenons le cours de notre épisode politique. La sincérité des excuses formulées en 2011 par Justin Trudeau parlementaire a pris un sérieux coup dans l’aile début 2017, quand son ancien ministre de l’immigration, John McCallum, a annoncé cette refonte du guide de citoyenneté, mentionnant expressément la suppression de cette qualification de «barbares», jugée un peu trop «lourde».

Et de fait, dans le document de travail que la presse canadienne s’est procuré il y a quelques jours, toute référence à ces pratiques de violence exercée à l’encontre des femmes et des fillettes a pour le moment disparu. Ce document n’est que provisoire, certes, mais compte tenu des déclarations antérieures de Justin Trudeau et de John McCallum, on peut être sûr d’une chose: le mot «barbare» ne figurera pas dans la prochaine version. Le gouvernement Trudeau et les autres premiers ministres libéraux tiennent dur comme fer à ce que le Canada reste aux yeux du monde le «laboratoire admiré de l’expérience multiculturaliste», pour reprendre la formule percutante de Mathieu Bock-Côté.

Evolution ou plutôt révolution, et au forceps: le modèle multiculturaliste a été introduit au Canada en 1971 sous l’impulsion du gouvernement libéral de Trudeau père. Le projet multiculturaliste a été consacré par une loi constitutionnelle de 1982, aujourd’hui irréformable. Une loi de 1988 est venue la préciser et en élargir la portée. Depuis lors, les identités culturelles des peuples fondateurs du Canada, Canadiens-Français et Canadiens-Anglais, et en particulier l’identité québécoise qui est censurée, n’ont plus voix au chapitre. Le multiculturalisme est devenu, par la force du droit et contre l’entêtement de la réalité – notamment l’existence d’une très grande majorité de Québécois qui lui sont hostiles – une «caractéristique fondamentale de l’identité et du patrimoine canadiens» qualifiée de «ressource inestimable pour l’avenir du pays». Il s’agit désormais de «préserver et valoriser le patrimoine multiculturel des Canadiens» – car ce patrimoine ne peut plus être que «multiculturel», bien entendu – et, dans cette veine, de «favoriser la reconnaissance et l’estime réciproques des diverses cultures du pays», et de«promouvoir l’expression et les manifestations progressives de ces cultures dans la société canadienne.» Encore une fois, ces phrases ne sont pas des déclarations d’intention, ce sont des textes de lois: ils ont valeur contraignante, les citoyens doivent s’y plier.

Si l’on reprend le texte suscité, qu’est ce qui protège encore le Canada de l’obligation d’accepter ces mutilations sexuelles comme une «manifestation culturelle» que la loi de 1988 impose, en tant que telle, de «reconnaître», d’«estimer» (!) , dont il convient de «promouvoir l’expression»?

La situation est donc plus grave qu’il n’y paraît. La réforme annoncée du Guide de citoyenneté n’a peut-être qu’une valeur symbolique, mais elle révèle surtout la fragilité juridique des valeurs canadiennes depuis la constitutionnalisation du multiculturalisme. Guillaume Rousseau, professeur de droit public à l’Université de Sherbrooke, confirme qu’il y a là un réel sujet d’inquiétude. Le multiculturalisme a une prééminence juridique telle que tous les autres droits et libertés doivent être interprétés à son aune. Tous sont susceptibles d’être étendus pour certains individus et restreints pour d’autres. Ainsi, par exemple, au Canada, on peut avoir, pour des motifs religieux, plus de jours de congé que ses collègues.

Certes, la formulation timide de l’article 1 de la Charte canadienne des droits et libertés permet encore de conserver quelque espoir de contenir l’expansion débridée des revendications multiculturalistes «dans des limites qui soient raisonnables et dont la justification puisse se démontrer dans le cadre d’une société libre et démocratique». Mais si une revendication communautariste est acceptée par la Cour suprême au motif que la refuser serait discriminatoire, et la protection de la liberté religieuse favorisera cette reconnaissance, il appartiendra au procureur général, fédéral ou provincial, de prouver que refuser cette revendication est «raisonnable» et «justifiable dans le cadre d’une société libre et démocratique».

Sauf que la liberté et la démocratie ne sont malheureusement plus des concepts opérants pour freiner les ambitions des communautarismes religieux: l’islam politique a démontré à quel point il lui est facile d’utiliser ces valeurs typiquement occidentales pour imposer petit à petit une culture qui les nie. Le Canada a ainsi accepté sans broncher de considérer le niqab comme un symbole religieux et non comme le marqueur communautariste radical qu’il est pourtant.

Quant à savoir si une revendication communautariste est «raisonnable» … Etant donné la vision du monde qui sous-tend la politique du gouvernement Trudeau en général, et la réforme de ce guide citoyen en particulier, y a-t-il encore un consensus aujourd’hui au Canada sur ce qui est «raisonnable»? Est-il raisonnable de laisser aller un collégien avec un poignard à l’école, au motif que ce poignard est symbolique dans la religion de ce collégien? Les juges canadiens l’ont autorisé. Est-il raisonnable de laisser témoigner devant une cour de justice une femme qui refuse d’enlever son niqab et sur l’identité de laquelle on n’a donc aucune certitude? Les juges canadiens l’ont également autorisé. Est-il raisonnable, pour une ministre d’une nation occidentale professant aussi l’égalité des sexes et pas uniquement celles des races, religions, couleur, âge etc., de se voiler pour s’adresser à la communauté musulmane ou pour se rendre dans une mosquée, et d’accepter à cette occasion un traitement différent de celui réservé aux hommes? Cela a été fait, notamment par la première ministre de l’Alberta et par celle de l’Ontario, ainsi que par les femmes du cortège de Justin Trudeau qui l’accompagnaient en visite dans une mosquée l’an dernier.

D’autant que concernant les mutilations sexuelles féminines, certaines voix commencent à évoquer ici et là l’enjeu éthique de la médicalisation de l’excision, voire de suggérer des opérations d’altération génitale féminine symboliques – une petite entaille qui guérirait sans laisser de traces ni avoir de conséquence physiologique – et qui s’apparenterait donc à la circoncision masculine.

Cette pratique médicale permettrait, selon ses promoteurs, de mettre fin à des politiques générales d’interdiction des pratiques de mutilations sexuelles, qui ont cours dans les sociétés et que certains jugent «culturellement suprématistes» (lire: une manifestation condescendante de ce que la culture majoritaire se voit comme supérieure aux cultures immigrées). Or, contrairement à la circoncision masculine, cette opération, si inoffensive médicalement puisse-t-elle devenir un jour, permettrait, par la perpétuation de ces pratiques, la légitimation, dans notre univers occidental, d’une philosophie qui repose sur des préjugés profondément négatifs, insultants et irrespectueux vis-à-vis des femmes. Cette philosophie, c’est ce qu’a encore récemment illustré le discours tenu en juin dernier par l’imam Shaker Elsayed du centre islamique de Falls Church ; c’est également ce qui ressort du témoignage de Mariétou quand elle explique que «dans ma famille, quand tu n’es pas excisée, tu deviens la risée de tout le monde. Les femmes ainsi que les jeunes filles se moquent de toi et il y a même un nom spécial qui t’est attribué: «bilakoro». C’est un terme bambara que l’on utilise pour désigner une personne souillée, un garçon manqué ou une personne sans pudeur. C’est un qualificatif très péjoratif ; il n’y a rien de pire que de traiter une jeune fille de «bilakoro».»

Ces arguments seront-ils jugés suffisants dans le Canada multiculturaliste de Justin Trudeau pour fermer la porte à une revendication communautariste quant à l’autorisation de pratiquer des excisions «éthiques»? Rien n’est moins sûr. Si la question est un jour soulevée, il s’agira alors de résoudre un conflit entre revendications religieuses et revendications féministes. Cette situation ne sera pas nouvelle, le Canada y a déjà été confronté à travers toutes les revendications liées au port du voile islamique et sa jurisprudence en la matière est constante: son projet multiculturaliste privilégie systématiquement et sans états d’âme les religions au détriment des droits des femmes.

Apparaît alors clairement la signification profonde de cet épisode politique consternant. En intronisant le multiculturalisme comme super-religion d’Etat, le Canada a pris la décision grave de soumettre tout son corpus de valeurs culturelles, civilisationnelles, historiques et politiques, à d’autres valeurs, appréciées non pas pour ce qu’elles sont mais pour d’où elles viennent, et ce, sans les connaître. En réduisant le champ de sa morale à la morale de conviction, à la générosité, à la gentillesse, à la tolérance, sans se soucier de la morale de responsabilité, des conséquences en somme qui en constitue le «cœur intelligent» (pour reprendre l’expression d’Alain Finkielkraut), le modèle multiculturaliste révèle sa nature totalement utopique. Cela explique sans doute son hermétisme total aux réalités susceptibles de le désavouer. Ainsi, l’expérience catastrophique du multiculturalisme britannique et les tensions sécessionnistes, certes encore assez locales mais de plus en plus nombreuses et virulentes, auxquelles la France est confrontée depuis qu’elle a renoncé en catimini à son modèle d’intégration, restent absolument sans impact sur la foi inébranlable des partisans du multiculturalisme dans les prétendues vertus pacifiantes de leur modèle.

Le Canada, et toute l’élite internationale qui soutient et encourage son projet multiculturaliste, manifestent là une naïveté aussi arrogante que confondante. Le monde a pourtant suffisamment souffert de ces expériences de savants cosinus désireux de faire le bonheur des hommes contre leur gré pour qu’on ait pu espérer s’en épargner de nouvelles. D’autant que cette fois, parce que ces inégalités infra-culturelles de considération et de traitement les concernent au premier chef, ce sont les femmes qui sont au centre des enjeux civilisationnels posés par le multiculturalisme. Ce sont elles qui s’apprêtent encore à payer le tribut le plus lourd à un choix de société qui n’a fait ses preuves nulle part.

 Posted by at 17 h 39 min

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.