Juin 192017
 

La Taqiya dans les mouvances islamistes …
☆☆☆☆☆

Invité, ce jeudi 15 juin, à encadrer une formation à la DISP de Bordeaux (Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires) — au total, il y a 9 DISP en France — j’ai abordé cette thématique comme le montre la vidéo ci-après.

Je me suis focalisé uniquement sur l’islamisme sunnite tout en précisant oralement, dans l’introduction, que l’islamisme chiite considère la Taqiya tel un fondement théologique central, né et nourri par la persécution que subissaient les premiers partisans d’Ali (le gendre du Prophète) et de ses fils (Hassan et Hussein) par l’armée de Mouawiyah et son fils. Les chiites dissimulaient leurs convictions, un peu comme la dissimulation de la foi à l’époque de l’Inquisition. Depuis, leur clergé considère la Taqiya comme occupant les 9/10 de la foi chiite.

C’est l’islamisme sunnite qui m’intéresse dans cette intervention. Les islamistes sunnites se disent contre la Taqiya mais ils la pratiquent constamment, couramment car, ils le savent : sans Taqiya, leur projet de domination — se basant sur l’entrisme et l’infiltration des sphères politiques, médiatiques, financiers, militaires, éducatifs, … — est voué à l’échec.

Mon idée est de :

1- situer la Taqiya comme un outil puissant du Tamkine islamiste ;

2- montrer comment évolue l’usage de la Taqiya en fonction de la progression dans les étapes du Tamkine (Taqiya = f(Tamkine)), entre la phase de faiblesse et la phase de domination ;

3- expliquer comment l’idéologie de la Taqiya se sert de textes anciens et conjoncturaux pour justifier ses mensonges et ses duperies de langage et d’action ;

4- donner des exemples concrets de l’usage de ce procédés depuis le Grand-Maître de la Taqiya, Hassan al-Banna, jusqu’à ses fidèles successeurs, ici en France, en passant par son petit-fils Tariq Ramadan ;

5- montrer quelques risques et limites qui rendent la détection de la Taqiya une tâche compliquée.

L’échange avec des fonctionnaires de la DISP (Ministère de la Justice) et aussi avec des participants à cette formation, m’a permis de cerner, plus ou moins, quelques défis et quelques difficultés que rencontrent ces acteurs de terrain. La surveillance et la préparation à la réinsertion des “radicalisés” islamistes dans les prisons, n’est pas une mince affaire.

Enfin, je savais que des islamistes (Frères musulmans) occupaient le terrain pénitentiaire comme “aumôniers” de prison (ils sont aussi “aumôniers” des hôpitaux et au sein de l’armée française). C’est toujours vrai. Sans parler de ce frère musulman (UOIF) qui a lancé en Gironde le CAPRI : le “Centre d’Action et de Prévention contre la Radicalisation des Individus”, avec la bénédiction et le soutien de l’État et les subventions publiques. Lui aussi est décoré de la légion d’honneur. Il s’appelle Tariq Oubrou.

1,5 K vues

  One Response to “La Taqiya dans les mouvances islamistes …”

  1. La Taqiya … Attention !

    Par exemple , utilisée par des étudiants musulmans dans le secondaire , ou les hautes écoles , ou les universités ; souvenez-vous des 19 pirates de l’air qui détournèrent 4 avions de ligne le 11 sept. 2001 à New-York , la moitié semblait très intégrée à l’Occident … Et ce journaliste doctorant qui a attaqué au marteau un policier à Paris , il y a quelques jours . Les exemples pleuvent .
    Pourquoi ces retournements de veste ?
    @Aldo Sterone , dans une de ses dernières vidéos , l’explique très bien : les musulmans sont nourris du Coran dès le berceau , ne pensent plus à leurs versets haineux quand ils sont chez nous pour étudier et puis , en métaphore , les graines ensemencées depuis leur enfance germent et … vous connaissez la suite par les médias .

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.