Mai 182017
 

Source: Ce petit livret pour les enfants (Mahomet aurait prescrit d’enseigner la prière aux garçons dès 7 ans et de les frapper pour cela dès 10 ans – Sunan Abi Dawud 494) tente de présenter la prière musulmane comme un important acte liturgique, ce qu’elle est, et comme une activité parfaitement bénigne, ce qu’elle n’est pas. Je vais ici le compléter en mentionnant les principaux non-dits.

L’auteur nous apprend que la récitation de la fatiha est obligatoire car le prophète aurait dit: «aucune prière ne sera valide pour celui qui ne récite pas la sourate al-fatiha.» Et c’est exact – tous les musulmans (pratiquants) du monde, de tous les courants, récitent la fatiha à chaque rakah, c’est-à-dire au moins 17 fois par jour. Mais on tait ici que la fatiha recèle une malédiction contre les juifs et les chrétiens. En effet, le 7e verset de la fatiha, en évoquant ceux qui encourent la colère de dieu et les égarés, désigne en fait, selon le Coran (voir 5.60 et 5.77 par exemple) et Mahomet (nombreux récits) les juifs et les chrétiens, respectivement. Et dire de gens, en s’adressant à Dieu, qu’ils encourent sa colère et/ou qu’ils sont égarés, c’est les maudire.

Voir à ce sujet notamment La Fatiha et la culture de la haine: Interprétation du 7e verset à travers les siècles, ou Commentaire de la sourate Al-Fâtiha ou encore Explication détaillée de la sourates al Fatiha. On peut aussi consulter une exégèse classique comme Exégèse du Noble Coran : 4 volumes.

Le livret recommande également, comme 2e sourate (il faut le plus souvent réciter deux sourates, la fatiha et une autre), al kafirun (les infidèles), l’une des sourates les plus citées par les apologistes, qui n’en donnent généralement que le dernier verset: «À vous votre religion, et à moi ma religion.» À première vue, c’est un message tolérant. Mais selon les exégètes, c’est la réponse de Mahomet à une proposition de médiation des païens de La Mecque – une année tout le monde adorerait les idoles païennes (comme auparavant) et l’année suivante tous pratiqueraient le culte de Mahomet, et ainsi de suite. Un homme tolérant aurait sans doute accepté, certain que les mécréants seraient subjugués par les qualités de son culte s’ils en faisaient l’expérience. Mais non, pour Mahomet, pas question – c’est l’islam ou rien. La sourate al kafirun est donc en fait un monument d’intolérance. Mais il faut un minimum d’étude pour le découvrir.

Autre sourate courte recommandée, la sourate 112 nommée «Le culte fondamental». L’un de ses quatre versets dit ceci: «Il [Allah] n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus.» Selon les exégètes (voir par exemple l’exégèse de Ibn Kathir indiquée plus haut), ce verset fait bien sûr référence au «fils de Dieu» dont parlent les chrétiens. Voilà de quoi assurer une bonne entente avec ces derniers…

Le livret ne donne bien sûr qu’une très petite partie des indications sur la prière qu’on peut trouver notamment dans les deux premiers tomes de ce recueil de récits dits authentiques en six volumes (sahih): Sahih Muslim Intégral en 6 volumes (Arabe-Français). Signalons-en quelques autres (références selon cette édition):
Si quelqu’un passe devant un musulman en prière, celui-ci doit le repousser, et si la personne refuse alors de s’effacer, le musulman doit la combattre (n°1128-1133, T1 pp 397-399).
Le passage d’une femme (ou d’un âne ou d’un chien) devant le croyant en prière annule sa prière (n° 1137-1144, T1 pp 400-402).
Il est fortement recommandé de profiter de la prière pour demander protection contre les «supplices de la tombe» (après leur mort, les gens resteraient conscients et seraient suppliciés dans leur tombe jusqu’au jour du jugement). Tout au moins Mahomet l’aurait fait très régulièrement, selon le sahih muslim (n° 1319-1322, T2 pp 45-46).

À noter aussi que la négation de l’obligation de prier a valeur d’apostasie, punie de la peine de mort selon toutes les écoles de jurisprudence. On en trouve confirmation par exemple sous la plume d’Averroès: The Distinguished Jurist’s Primer Volume I by Ibn Rushd (2000-09-01) (T1, pp 98-99). Et pour certains juristes, dont Al-Nawawi, une seule prière manquée suffit à justifier la peine de mort, ou de torture à mort (chercher en ligne «Minhâdj at-tâlibîn: Le guide des Zélés Croyants», titre VIII, page 202).

À relever enfin que ce livret souligne fortement, verset coranique et hadith à l’appui (même l’aveugle sans guide doit se rendre à la mosquée pour la prière, selon Mahomet), l’importance de la prière en commun, à la mosquée, car, je cite le livret (page 100): «On n’insistera jamais assez sur le caractère communautaire de l’Islam.» Mais il ne va pas jusqu’à mentionner ces autres récits «sahih» selon lesquels Mahomet aurait menacé les musulmans peu assidus de «brûler sur eux leurs habitations» s’ils manquaient les prières en commun (n° 1481-1485, T2, pp 89-90), bien que ces récits se trouvent immédiatement avant celui qu’ils mentionnent, à propos de l’aveugle (n° 1486, T2, p 91).

Si les enfants d’ici se mettent à prier comme les musulmans en se basant sur de charmants livrets comme celui-ci, ce sont tout de même les livres autrement plus sérieux et respectés dans l’islam, que je signale dans ce commentaire, qui décideront de leur avenir. C’est pourquoi cet ouvrage est un attrape-nigaud.

  One Response to “Savoir prier: Un attrape-nigaud pour les enfants et un risque majeur pour ces futurs adultes”

  1. Si quelqu’un passe devant un musulman en prière il doit le repousser, si une femme, une ane, un chien passe la prière est annulée. Donc, si je comprends bien, les prières de rue qui ont cours de plus en plus souvent ne servent donc à rien puisque, si des anes et des chies ne passent plus, il y a toujours les forces de police (en général des mécréants) et des passants, hommes et femmes, également mécréants.
    Sachant cela, les prières de rue sont donc pure provocation ou alors, ils ne connaissent pas les textes fondamentaux de leur religion.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.