Jan 042017
 

Un professeur m’a demandé si l’islam est un facteur de sous-développement. Voilà ma réponse:

Je souhaite vous livrer ici quelques réflexions sur le rapport entre l’islam et le sous-développement:
.
1) Absence d’esprit critique: tout développement nécessité une critique. Sans une critique, on ne passe jamais d’une bicyclette à une voiture. Or l’islam interdit toute critique et y voit une subversion. Et la première critique passe par la critique de la religion.
.
2) Désordre de l’esprit: le Coran, guide du musulman appris par cœur sans jamais réfléchir à son contenu, est un ouvrage d’un extrême désordre. Cela a provoqué un désordre dans l’esprit des musulmans, passant d’un sujet à l’autre. Sachez qu’il y a des centaines de centres chargés de l’apprentissage du Coran par cœur, et aucun centre pour la compréhension du Coran… et toute critique du contenu du Coran vous conduit à la mort.
 .
3) Perte de temps dans l’inutile: qui achète le superflu vend le nécessaire. Le musulman fait cinq fois par jour la prière, et jeûne un mois dans lequel il gaspille plus d’argent pour le manger que le reste de l’année… et de plus il ne fout rien. Ceci puise son énergie qu’il pouvait utiliser pour d’autres choses plus utiles. S’y ajoutent le sacrifice du mouton et le pèlerinage qui causent des pertes inestimables d’argent qu’on peut utiliser à d’autres fins plus utiles.
.
4) Absence de silence: le silence est une nécessité pour toute réflexion et tout progrès. Allez au Caire et vous entendrez chaque jour cinq fois l’appel à la prière de façon chaotique au point de vous faire perdre la tête.
.
5) Absence de beauté: les entreprises en Occident dépensent des milliers de dollars pour embellir leur locaux et rendre l’ambiance plus supportable au travail. La présence d’une femme belle est un facteur important dans le progrès social. Les femmes sont de plus en plus enfermées dans des sacs poubelle qui vous coupent non seulement l’envie de travailler, mais aussi l’appétit, et vous plongent dans une ambiance moribonde.
.
6) Recours à des mensonges sous le couvert de la religion: aucun système ne fonctionne sans intérêts sur l’argent. Il faut certes mettre une limite aux intérêts, mais prétendre que les intérêts sont interdits en recourant à des systèmes de substitution douteuses n’est pas propice au progrès social. Cela crée seulement un esprit tordu. Sachez à cet effet que la même opération faite auprès d’une banque normale et une banque islamique coûte 25% plus chère auprès de la banque islamique.
.
7) Absence de cohésion sociale: pour que la Suisse puisse se développer, elle a dû mettre fin aux conflits internes religieux. C’est une condition sine qua non pour tout progrès économique qui nécessite une paix sociale et une stabilité politique. Ceci est totalement absent dans les pays musulmans qui sont construits sur le concept de la séparation entre les communautés religieuses prescrite par le Coran.
.
8) L’islam enseigne la haine. Une société bâtie sur la haine d’autrui est une société suicidaire. Le musulman répète 17 fois par jour la fatiha, le premier chapitre du Coran dont les verset 6 et 7 disent:
Dirige-nous vers le chemin droit. Le chemin de ceux que tu as gratifiés, contre lesquels [tu n’es] pas en colère et qui ne sont pas égarés
“Ceux contre lesquels Dieu est en colère” désignent les juifs, et les “égarés” désignent les chrétiens, selon 99% des exégètes du Coran. Comment pouvez-vous construire une société qui réussit socialement et économiquement lorsque vous proférez la haine 17 fois par jour contre les autres? Voir à cet effet mon livre: La fatiha et la culture de la haine.
.
9) L’islam a créé une société d’obsédés sexuels en raison des normes strictes en matière de sexualité. Nulle part ailleurs vous ne trouvez autant de harcèlement sexuel. Les besoins sexuels sont aussi importants pour une société normale que le manger et le boire. Un esprit obsédé sexuellement ne peut produire.
.
10) Absence de liberté religieuse: la liberté religieuse est une partie intégrante de la liberté personnelle. Une personne qui ne se sent pas libre de choisir sa religion et ses convictions ne peut se sentir bien dans sa peau ni être un élément constructif dans la société. Or l’islam condamne à mort toute personne qui quitte l’islam ou le critique. Ce qui oblige les gens à vivre dans l’hypocrisie la plus totale. Pourquoi donc servir une société qui vous opprime dans le plus intime de vous-mêmes?
.
Cette liste n’est pas exhaustive, mais elle peut être utile pour comprendre la régression sociale et économique des pays musulmans.
.
Dites-moi ce que vous en pensez.
.
Dr. Sami Aldeeb Abu-Sahlieh
Centre de droit arabe et musulman
Ochettaz 17
CH-1025 Saint-Sulpice
Auteur d’une édition arabe et de deux traductions du Coran en français et en anglais par ordre chronologique, et d’une quarantaine d’ouvrages sur l’islam
 Posted by at 21 h 17 min

  15 Responses to “Sami Aldeeb: L’islam est un facteur de sous-développement”

  1. Se marier avec une musulmane pour un non musulman, sauf s’il se convertit à l’islam. J’ai choisi la fuite…

    La réciprocité en matière religieuse

    La manipulation dans l’éducation des petits musulmans ou la haine des non musulmans est un des piliers de l’islam.

    1 heure de vidéo ou l’Occidentalopithèque n’a pas réagit, il en paye les conséquences. Ce n’est que le début.

    https://youtu.be/_s2Rvvzq7nY

    • Le problème est qu’on ne choisit pas de qui on tombe amoureux…

      D’où les multiples problèmes des couples “mixtes”, et ça ne s’applique pas seulement à l’islam.

      • Lorsque à vingt ans deux personnes se lient dans un pays musulman, il faut avant tout lire le coran? Lorsque vous fréquentiez une jeune femme de moins de 18 ans en Algérie vous étiez passible de la peine de prison dans les années 1970, rien n’a changé aujourd’hui il me semble.

        Il n’est pas question ici de problème de couple mais de l’aspect juridique lié à un concept soi-disant religieux nommé islam ou l’amour et la paix sont mis en avant. Le mensonge également.

        Faut voyager Spipou quoique, vous pouvez essayer de vous marier en Europe avec une musulmane croyante, enchiffonnée ou non, aller à la mosquée vous nous expliquerez……

        • Vous êtes fatigant, Noël. Vous ne vous souvenez même pas de ce que vous avez écrit dans votre précédent commentaire. Relisez-vous avant de répondre à côté. Et voyagez vous aussi, ça forme la jeunesse, il paraît.

    • Noël, on sait enfin le mot de la fin, petit cachottier ! Vous ne nous l’aviez pas dit que vous étiez follement tombé amoureux d’une jeune et belle berbère, et que de vous faire couper le prépuce en avant première, et le reste en cas de non-respect des coutumes locales vous a refroidi les ardeurs !
      Ensuite, il vous reste la civilisation proto-égyptienne, la Mésopotamie, Sumer, les langues indo-européennes et cunéiformes pour vous occuper sereinement l’esprit le reste de votre existence ! Je me doutais bien qu’il y avait quelque chose de contrarié chez vous.

  2. Je ne suis pas d’accord avec l’idée de besoin sexuel. Les civilisations reposent sur le fait que la sexualité est domestiquée par la maitrise de soi et non exacerbée pour inciter à exercer une prédation sur les autres, au contraire de l’islam qui pousse à vouloir un ” butin”, motivation pour la guerre sainte. La nocivité de l’islam résulte du fait qu’il exacerbe le désir sexuel – ce qui n’est pas du tout pareil qu’un besoin – pour ensuite interdire de s’y livrer, ce qui est une torture entrainant à la férocité et à l’obsession.

    • Lise, c’est exactement cela ! Pardon, elisseievna…..

      La chrétienté n’est pas en reste sur ce sujet, des dizaines de milleirs de gamins et gamines témoignent de plus en plus, même Barbarin traîne les pieds en prenant son pied.

    • Mmmmhhhh…

      Le besoin sexuel, appelons ça le désir si vous préférez, c’est une réalité factuelle. La seule différence avec la faim, par exemple, c’est que sa non satisfaction ne provoque pas la mort.

      Toutes les sociétés au long de l’histoire ont trouvé des moyens pour le réguler et l’encadrer, et pour palier aux besoins – désirs – dissemblables dus à la différence de taux de testostérone entre l’homme et la femme. Moyens imparfaits et qui impliquaient l’obéissance à des règles pas toujours bien acceptées, mais qui ont fait leurs preuves, le mariage, la prostitution et l’adultère réglementé étant les trois plus connus et les plus répandus, mais il y en eu a bien d’autres.

      L’islam a créé des sociétés où seuls les besoins (désirs) de l’homme – riche – sont pris en compte. Toutes les autres sociétés, aussi machistes soient-elles, ont essayé d’établir un relatif équilibre, même bancal, entre les attentes des femmes et celles des hommes.

  3. Je ne suis pas d’accord avec la fatiha vue comme haineuse. On peut parler de mépris mais pas de haine exprimée. Le droit chemin est le mien, les autres sont dans l’erreur. Chaque religion le voit ainsi.
    Ceci dit la haine découle de ce rejet méprisant pour les non musulmans.

    la beauté des femmes comme facteur d’épanouissement…j’aurais plutôt cité l’absence d’art lié à la beauté : peinture, sculpture, et aussi l’expression de l’imagination par le livre, le roman ou l’art dramatique, quasiment absent chez eux.

    • Le problème ne réside pas dans le fait de croire que les autres sont ceci ou cela. Le problème, et la source de haine, résident dans la répétition, obligatoire, au moins 17 fois par jour, toute une vie, de ce dogme.

    • Dan, lisez mon ouvrage La fatiha et la culture de la haine signalé dans mon article

  4. Et la schizophrénie sociale et culturelle ?
    Un aspect/ trait fondamental à évaluer à la lumière de l’absence de tout esprit critique.
    Cordialement
    FS

  5. A Sami. Je pense que vous avez fait une bonne réponse, qui ne manque pas d’humour (signe de grande intelligence !).
    La place de la femme mériterait sans doute un plus grand développement. Vous signalez qu’on la dissimule sous des sacs en public, pour mieux pouvoir la consommer en privé, et l’absence de beauté. Je pense que la place faite à la femme est une balle que le musulman se tire dans le pied. Interdite d’instruction, la femme est reléguée en cuisine, et mineure à vie. L’homme a sans doute un fond “machiste”, mais dans ces sociétés musulmanes, c’est outrancier. Les saoudiennes n’ont pas le droit de conduire une voiture et les saoudiens qui ont autre chose à faire importent des chauffeurs immigrés pour servir de chauffeurs. C’est des coups à se retrouver cocus en payant l’amant !
    Un autre point peut-être à développer (un peu similaire) : le recours constant à la force, à la violence, à la bêtise, en somme, qui l’emporte sur l’intelligence. Le terrorisme, c’est un peu le paroxysme de l’islam. Plus c’est con, plus c’est violent, plus c’est musulman !
    Les musulmans excellent à se faire sauter de toutes les manières : devant un bus, dans une mosquée, sur un marché, au milieu de la foule, attablé à un café ou tout seul devant le stade de France !
    Les musulmans à qui il reste un peu de jugeote devraient abdiquer leur religion, ipso facto. S’ils la gardent, c’est qu’ils approuvent. Ce sont des collabos des terroristes, leurs frères. Allez voir la sœur de Merah : “mon frère, ce héros!”. Il y en a combien qui sont sœurs de Merah ?

  6. * absence de réciprocité, qui est LA base principale et anthropologiquement universelle de toute relation humaine, avec les mécréants.
    * absence de notion de vérité. Après de nombreuses discussions avec les musulmans j’ai réalité qu’ils se moquent qu’une chose soit vraie ou cohérente du moment que ça leur permet de dominer le débat. Taqkia instinctive, inculquée, je ne sais pas, mais généralisée.

  7. Bonne année ,monsieur Sami Aldeeb et merci beaucoup , pour vos informations précieuses.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.