Nov 242016
 

Source Par Eugénie Bastié Mis à jour le 24/11/2016 à 14:52 Publié le 24/11/2016 à 14:28

Lien vidéo

En difficulté face à François Fillon, Alain Juppé ne cesse d’évoquer la campagne de diffamation menée sur lui sur les réseaux sociaux au sujet de prétendues compromissions avec l’islamisme. L’imam de Bordeaux Tareq Oubrou dénonce une « opération politicienne » et des accusations « ridicules ».

«On m’a baptisé Ali Juppé grand mufti de Bordeaux»: lors de son meeting à Toulouse mardi 22 novembre, Alain Juppé a encore une fois évoqué la campagne «dégueulasse» brandie sur lui dans les réseaux sociaux, qui font de lui un complice des Frères musulmans et de l’islam radical. Mais d’où viennent ces accusations? Les attaques débutent dès 2009 de la part Bloc identitaire. En avril de cette année, une trentaine de militants du Bloc identitaire Aquitaine interpellent le maire de Bordeaux. Depuis le toit d’un parking, ils déploient une banderole «ce maire commence à poser un vrai problème», en référence aux propos qu’il avait tenu envers Benoit XVI, qu’il avait qualifié d’«autiste». «Alain, pas d’autisme, le problème c’est l’islamisme» crient les militants.

«Mosquée-cathédrale» à Bordeaux

Au cœur de la contestation, le projet de Grande Mosquée de Bordeaux, pour lequel Alain Juppé avait donné son accord en 2008. Ce projet, qui tient plutôt du centre culturel musulman que de la mosquée, puisqu’il prévoyait en plus d’une salle de prière, des salles de classe, une bibliothèque et un institut de formation des imams, a été lancé il y a plus de dix ans par la Fédération musulmane de la Gironde (FMG). Il n’a toujours pas vu le jour. Si on tape «mosquée de Bordeaux» sur Google, les trois premiers liens qui s’affichent renvoient à des articles du site «Infos Bordeaux», site de «ré-information» lié à la «fachosphère» qui fustige régulièrement Alain Juppé et brandit le fantasme de la création d’une «mosquée cathédrale» à Bordeaux. Jusqu’en septembre 2014, Alain Juppé assumait le projet, puisqu’il déclarait à Sud-Ouest«Nous avons pris la décision de déplacer le projet de mosquée sur Garonne Eiffel, sur un site où il n’y a pas de riverains et où des places de parking seront disponibles. Donc il n’y aura plus de problème». Mais depuis son lancement dans la campagne présidentielle, il semble avoir enterré le projet, aujourd’hui officiellement à l’arrêt. Le 12 juin 2016, sur son blog Alain Juppé écrivait: «Je suis (…) accusé de financer à Bordeaux la plus grande mosquée de France… qui n’existe pas et n’existera pas!»

Liens avec l’imam de Bordeaux Tareq Oubrou

Le maire de Bordeaux est également accusé de compromis avec les Frères musulmans, et ce à travers la relation privilégiée qu’il entretiendrait avec Tareq Oubrou, l’imam de Bordeaux issu des rangs de l’UOIF, émanation française de l’idéologie frériste. Figure de l’islam libéral qui condamne régulièrement le djihadisme, condamné à mort par l’Etat islamique, Tareq Oubrou est pourtant brandi comme épouvantail par les identitaires qui rappellent son passé trouble. On lui reproche notamment des propos tenus sur la femme et la polygamie, et son appartenance aux frères musulmans. Les sites de la fachosphère agitent le chiffon rouge comme Riposte laïque et Infos Bordeaux qui se demandaient récemment si «Tareq Oubrou allait devenir ministre de Juppé».

Cette campagne contre Tareq Oubrou et Alain Juppé est aussi alimentée par Omar Dellil, un ancien proche d’Oubrou qui a écrit un pamphlet sur son sujet l’accusant d’être antisémite, christianophobe et de s’être réjoui des attentats du 11 septembre, accusations sans preuve, reprises en masse par l’extrême droite. Mais pas seulement. «Il y a beaucoup à dire sur les naïvetés d’Alain Juppé en matière de lutte contre l’intégrisme, catholique ou musulman. On a raison de s’inquiéter de sa complicité ancienne avec l’imam de Bordeaux.» écrit dans Marianne la journaliste Caroline Fourest dans un article intitulé «Ali Juppé et saint Sarkozy». «Tareq Oubrou a beau passer pour un modéré sur toutes les antennes, il n’a jamais renié son appartenance à l’UOIF, ni ses maîtres à penser, et joue les entremetteurs entre les islamistes et l’extrême droite.» insiste la polémiste.

«On ne fume pas la chicha ensemble»

«J’ignore le passé de Tareq Oubrou et je n’ai pas l’intention de m’y plonger. Il tient le discours de l’islam républicain», s’était justifié Alain Juppé le 13 novembre dernier. «Cette affaire a pris une tournure indigne d’une démocratie», réagit l’imam de Bordeaux, contacté par Le Figaro. «C’est une opération politicienne. On a fait de moi un monstre virtuel pour atteindre Alain Juppé. Mes paroles dérangent plus les musulmans que les non-musulmans, je suis menacé.» rappelle le religieux, visiblement en colère contre des accusations qu’il juge «ridicules». «C’est n’importe quoi! Je viens de recevoir une rescapée d’Auschwitz dans ma mosquée, ce qui me vaut les foudres des islamistes». Tareq Oubrou, qui a été décoré de la Légion d’honneur par le maire de Bordeaux, assure qu’il n’a pas d’amitié particulière pour lui. «On ne fume pas la chicha ensemble, on se tutoie pas. J’ai un grand respect pour lui, c’est un grand laïc.»

«Ali Juppé» en vogue depuis début 2015

Qu’importe les démentis, la référence au surnom «Ali Juppé», repris par de nombreux sites d’extrême droite (Boulevard Voltaire, Fdesouche, Riposte laïque) devient exponentielle sur les réseaux sociaux à partir de début 2015. Cette «réputation» s’alimente de sorties maladroites du candidat. En janvier, le candidat à la présidentielle déclare à Libération, au sujet du voile «Quand ma maman allait à la messe, elle portait un foulard». Quelques semaines plus tard, il affronte le philosophe Michel Onfray sur le plateau du Grand journal, qui lui lance au sujet de l’islam: «Comment peut-on dire que l’islam est compatible avec la République si on a pas lu le Coran!». Fleurissent alors sur les réseaux sociaux les montages présentant le maire de Bordeaux avec une barbe et un quamis avec le surnom «Ali Juppé». Ce surnom ne le quittera plus dans le milieu d’extrême droite, alimentant les boucles de mails et les comptes twitter souvent anonymes. Lors d’une visite à Sciences-Po en février 2016, il est pris à partie par des militants du Bloc Identitaire Assas brandissant une banderole «Bienvenue Ali Juppé, grand mufti de Bordeaux».

Exemples de montages qui fleurissent sur les réseaux sociaux à partir de janvier 2015.

Mais ces accusations venues de l’extrême droite ne touchent pas qu’Alain Juppé et ciblent désormais aussi François Fillon, dont les images de son inauguration de la mosquée d’Argenteuil en 2010, alors qu’il était premier ministre, circulent beaucoup sur les réseaux sociaux depuis dimanche.

 

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.