Oct 252016
 

J’ai reçu la lettre suivante que je publie avec ma réponse en rouge entre les paragraphes, sans faire mention du nom de l’expéditeur.

Bonjour mon cher Monsieur Sami,

Tout d’abord je me présente: XXX, âge de XXX ans, expatrié en France depuis XXX ans, travaillant dans le XXX. 

J’ai découvert avec un grand plaisir votre travail sur le coran et la critique du dogme musulman.

Je tiens ainsi à vous remercier pour vos efforts considérables dans l’étude du Coran. Vous apportez un regard nouveau et surtout libéré à un texte qu’on respecte certes, mais qui doit sans nul doute être étudié de manière rationnelle loin de toute croyance. Ce que vous faites avec brio! Et ce malgré les risques inhérents à une telle démarche. Vous vous attaquez aux tabous et libérez les esprits! Un grand merci à vous Monsieur aux noms de tous les musulmans.

Sami Aldeeb: Votre message me touche beaucoup et je vous remercie de votre amabilité. J’essaie d’apporter ma contribution malgré les risques dont vous êtes conscient. C’est un devoir moral envers la société arabo-musulmane dont nous venons tous les deux et envers la société occidentale dans laquelle nous vivons tous les deux.

Cependant, j’ai une question qui me taraude l’esprit concernant l’islam en particulier et les religions de manière générale: 

Les religions sont une pure création humaine. Je n’en doute pas un seul instant. Et croire en la révélation est, à mon avis, une altération intellectuelle qui déforme durablement les capacités de raisonnement d’un individu… 

Sami Aldeeb: Je partage entièrement votre analyse. C’est la raison pour laquelle je dis que la révélation n’est pas la parole de Dieu à l’homme, mais la parole de l’homme sur Dieu, exprimant ses désirs et ses idéaux, avec ce que cela peut comporter comme imperfections humaines. Rien en effet ne descend du ciel à part la pluie, les météorites et les excréments des oiseaux. Et parfois, un avion, qui tombe du ciel. Et si jamais vous voyez un livre descendre du ciel, sachez qu’il s’agit d’un livre qu’un passager a jeté d’un avion pour s’en débarrasser. Celui qui dit le contraire, sa place naturelle est la clinique psychiatrique. Et cela s’applique indistinctement à l’Ancien Testament, au Nouveau Testament, au Coran et aux Mille et une nuits.

Néanmoins, j’estime qu’il faut distinguer les différentes composantes de la religion: Légale, Culturelle et Spirituelle.

Donc, ne pensez-vous pas mon cher Monsieur, qu’il faut, dans la critique des religions, faire la part entre le légal (dimension légale/juridique), son application par les hommes (dimension culturelle) et enfin son utilisation à des fins spirituelles (dimension spirituelle)?

Sami Aldeeb: Je partage entièrement votre analyse. C’est la raison pour laquelle je publie le Coran par ordre chronologique (édition arabe et traduction française) afin de pouvoir dissocier la partie mecquoise moraliste (plus ou moins digeste) de la partie médinoise légaliste (que je considère toxique, pire que Mein Kampf de Hitler). Je mets en pratique la théorie du regretté Mahmoud Muhammad Taha, qui a proposé de laisser de côté le Coran médinois pour ne s’en tenir qu’au Coran mecquois. Ce penseur soudanais estimait en effet que le Coran médinois constitue une déviance de l’islam à caractère politique, correspondant à la mentalité belliqueuse du VIIe siècle et qui viole les droits de l’homme prônés à notre époque. Mais comme vous le savez, ce penseur a été pendu sur instigation de l’Azhar en 1985, à cause de cette théorie. J’ai écrit plusieurs articles et réalisé plusieurs vidéos expliquant ce point de vue. Ce faisant, je rejoins votre opinion, qu’aucun régime arabe ou musulman ne partage, hélas. Vous savez probablement que tous les ministres arabes de la justice ont signé en 1996 un projet de code pénal arabe unifié prévoyant l’amputation de la main du voleur, la lapidation, la mise à mort de l’apostat, etc. Vous pouvez consulter à cet effet mon ouvrage sur ce code. 

Je vous pose cette question car, ayant grandi au Maroc (au sein d’une famille musulmane), j’ai connu durant mon enfance un islam souple, soufi et spirituel. La religion servait surtout à maintenir la cohésion sociale et à pousser l’individu vers plus de bonté et de compassion.

Bien-sûr avec l’avènement des chaines télévisées satellites financées par les pays du Golf et notamment avec la vague de Wahhabisme qui s’est abattue sur la région, la pratique de l’Islam est passée de sa dimension sociale/spirituelle à une pratique formelle, militante et sectaire… Personne ne disait durant mon enfance que le paradis était aux musulmans seuls, ni que le Jihad armé était un devoir… Malheureusement tout a très vite changé…

Sami Aldeeb: Je ne suis pas sûr ici de pouvoir partager entièrement votre analyse.

1) Je connais une amie universitaire athée provenant d’une famille soufie d’Afrique du Nord. Sa famille la force à faire la prière et à jeûner pendant le Ramadan, la menaçant d’expulsion de la maison si elle ne s’y soumet pas.

2) Je ne pense pas que les musulmans de votre enfance pratiquant une religion qui, selon vos propos, «servait surtout à maintenir la cohésion sociale et à pousser l’individu vers plus de bonté et de compassion» acceptaient que leur fille musulmane épouse un chrétien sans lui imposer la conversion à l’islam… sauf probablement quelques exceptions qui confirment la règle. D’ailleurs, un tel mariage reste interdit par le Code de la famille marocain. 

3) Ce que prône la vague du Wahhabisme ne diffère en rien de ce qui figure, par exemple, dans l’ouvrage juridique du malikite Averroès, pourtant présenté comme un philosophe éclairé. L’EI ne fait qu’appliquer l’islam tel qu’il était enseigné par ce juriste et tous les autres juristes classiques musulmans, quelle que soit leur école respective. Je vous renvoie à cet égard à mes deux ouvrages sur le jihad et la jizya, où je reproduis j’analyse les exégèses depuis le début de l’islam jusqu’à nos jours.

4) Une telle concordance entre les savants d’époques et de territoires si divers devrait aussi nous suggérer que le matériel de base contient un message très univoque, quand on prend la peine de l’étudier dans son ensemble et avec rigueur, comme l’ont toujours fait les grands juristes et exégètes. Ainsi, si l’on accepte le principe voulant que le Coran peut guider une évolution spirituelle, ne risquons-nous pas de favoriser l’émergence, plus ou moins rapide, des doctrines que l’islam a toujours prônées?

Il faut ainsi faire face à cette dégradation et critiquer les dogmes religieux de manière frontale. Mais sommes-nous obligés de s’aligner sur le modèle occidental pour le faire? Surtout si on admet que la spiritualité est un besoin humain qui n’appartient à aucune religion mais qui découle de la nature même de l’homme.

Sommes-nous contraints de rejeter le tout? Alors que seul le coté légal pose problème et celui-ci peut facilement être écarté dès le moment que l’on fait comprendre aux musulmans que le coran est un recueil de textes humains et non pas une parole divine. Et que les lois doivent avant tout être adaptées à l’époque et à son évolution.

Comment ne pas perdre notre spiritualité tout en se débarrassant de la religion? La méditation, la charité, la prière, la compassion, le contentement… sont toutes des pratiques spirituelles nécessaires à une vie équilibrée et à une société humaine saine. Comment pouvons-nous les protéger et les libérer de la religion?

Comment pouvons-nous faire comprendre à une jeunesse musulmane, déçue, en colère et surtout pleines de frustrations, que la religion est une partie du problème et non pas la cause de tous les maux? Comment leur expliquer qu’on peut se libérer de la croyance religieuse sans perdre la quête du bien, de soi, du bonheur… 

Car j’ai l’impression que notre jeunesse, dépitée par la réalité du monde musulman et ébahit par le modèle occidental, crois que le pure matérialisme est la solution… alors que ce dernier a montré ses limites sur pleins de sujets et qu’on peut, surtout à une période charnière comme la nôtre, inventer un modèle libéré et plus humain sans tomber dans les travers du libéralisme matérialiste et sauvage. 

Comment pouvons-nous persuader les musulmans convaincus, que faire évoluer les lois et libérer les sociétés n’est pas forcément synonyme de pertes des valeurs morales nobles et des liens familiaux? (Bien que les musulmans manquent terriblement de valeurs ces derniers jours et résument souvent celles-ci au respect de la maman et à la sexualité…)

Et enfin comment relativiser les critiques? Car il y a une large différence entre le dogme, son application et son appropriation par les populations qui restent avant tout humaines et qui s’adaptent donc, avec plus ou moins de souplesse… Par exemple la place de la femme dans la société est très différente entre l’Arabie saoudite (origine bédouine) et mon beau Maroc (culture berbère méditerranéenne), entre les années 70 du siècle dernier et l’actuelle décennie…

Bien-sûr le côté légal et le caractère révélé de la religion tirent le monde musulman vers le bas (poussés dans cela par les politiques, le capitalisme, l’ignorance…), mais je maintiens mon point : il faut relativiser et trier…

Mettre tout dans le même panier, peut être comparé, à mon avis, à la réaction d’un adolescent qui commence à comprendre que ses parents ne sont pas parfaits et qu’ils lui restreignent ses libertés et qui donc, les considère comme les pires des idiots…  alors que malgré leurs défauts, il leur doit sa vie et sa survie…

Ainsi, les religions ne sont pas parfaites, elles ont causé beaucoup de torts, mais elles font partie de nos cultures et de notre Histoire. Il suffit donc de réfuter le caractère révélé de celles-ci, pour qu’elles deviennent un héritage historique comme un autre qui appartient à son temps et à son époque 🙂 (Les nordique arrivent bien à faire des films et des séries sur les violents et sanguinaires Vikings sans que cela ne choque personne car… ils ne sont pas sacrés et appartient à leur époque… alors pourquoi pas nous?!)

Sami Aldeeb: Je partage entièrement votre idée que «la spiritualité est un besoin humain qui n’appartient à aucune religion mais qui découle de la nature même de l’homme».

Je ne demande pas aux musulmans et aux non-musulmans de la région à laquelle nous appartenons tous deux de «s’aligner sur le modèle occidental dans la critique des dogmes religieux», mais de s’aligner sur les principes des droits de l’homme, universellement reconnus, en prônant la voie proposée par le regretté Mahmoud Muhammad Taha exposée plus haut. Cette démarche permettrait de favoriser une opinion plus différenciée, nuancée, de la «révélation» et ainsi de progresser vers un avenir enfin libéré de certains poids du passé.

Ainsi, en recommandant de s’en tenir au Coran mecquois et d’abandonner le Coran médinois, je ne propose pas de «tout rejeter» ou de «tout mettre dans le même panier», mais de faire une sélection éclairée et d’écarter seulement la partie toxique du Coran et de la religion musulmane, partie qui est la cause des tensions sanglantes entre les musulmans et les non-musulmans et dont les premières et principales victimes sont les musulmans eux-mêmes.

J’espère que je n’étais pas trop long et je m’excuse de vous déranger avec cet email. 

Je sais que du haut de mes XXX ans, je n’ai ni le recul ni le discernement nécessaires pour répondre à de telles questions … c’est pour cela que je me tourne vers votre sagesse mon cher Monsieur Sami.

Je vous remercie encore! Sachez qu’on vous porte dans notre cœur et qu’on vous sera éternellement reconnaissants pour votre travail. 

Ne vous laissez surtout pas abattre par les critiques et insultes … Vous apportez à l’islam plus que tous les cheikhs musulmans réunis. Et une personne qui a votre merveilleux rire ne peut être que profondément bonne 🙂

Que Dieu vous garde (pas celui de la religion mais celui de la beauté 😀 )

Respectueusement,

Votre élève et fils, XXX

Sami Aldeeb: Je tiens ici à vous remercier de vos aimables propos et j’espère que j’ai répondu, au moins partiellement, à vos questionnements, sans vous blesser.

édition arabe et traduction française

Sami Aldeeb, Professeur des universités
Directeur du Centre de droit arabe et musulman
Editeur du Coran en arabe et traducteur du Coran en français par ordre chronologique, et auteur de nombreux ouvrages
www.sami-aldeeb.com
www.blog.sami-aldeeb.com

Je vous prie de diffuser cet article partout où vous pouvez.

 Posted by at 19 h 04 min

  7 Responses to “Remerciements et questionnements d’un musulman. Réponse de Sami Aldeeb”

  1. Un très bel échange pour la Paix du monde face à un concept ou des centaines de millions d’adeptes veulent éliminer une spiritualité paisible, répondant aux besoins et aspirations des croyants.

    Mais, comme dans toutes religions des extrémistes, des fascistes seront là pour entraver la bonne marche du monde. Ils sont musulmans, chrétiens, juifs, assurant la propagande, la rumeur, l’information fausse, ils sont partout même ici sur ce blog.

    Vous êtes un sage Sami Aldeeb, je pense personnellement que vous serez entendu par cette partie des musulmans paisibles, actuellement minoritaires mais mal organisés.

    Je vous souhaite bien du plaisir et une longue vie dans cette entreprise louable, historique, (comme ce blog si éclairant) ou il vous faudra également beaucoup de courage, autant que pour les musulmans à se défaire de ce foutu coran et autres écrits criminogènes ici sur terre. Le fascisme n’est pas que religieux il concerne des non-croyants ou des idiots sans intelligence, sans culture prisonniers de leurs idéologies rouges, brunes et vertes.

    Bien à vous.

    Bon vent.

  2. l’idéologie coranique n’est qu’un ersatz du judaisme, un gloubi-boulga biblique…
    “Aimez vous les uns les autres” avait dit un autre Juif célèbre !
    Amis musulmans libérez vous de l’ asservissement à cette idéologie coranique totalitaire, convertissez vous et redevenez des hommes libres !
    “La plus grande gloire de dieu, c’est l’homme debout” dit Irénée de Lyon (et non aplati devant lui).
    Ne vénérez plus un pseudo dieu esclavagiste assoiffé du sang de ceux qui ont le droit de vivre en hommes libres et non soumis à ses caprices dominateurs.
    Aimez votre prochain, surtout s’il ne pense pas comme vous ! Votre pensée en sera enrichie et respectez celui qui n’adhère pas aux élucubrations d’un chamelier illettré…

  3. VOUS DITES : La méditation, la charité, la prière, la compassion, le contentement… sont toutes des pratiques spirituelles nécessaires à une vie équilibrée et à une société humaine saine.

    RÉPONSE : La médiation, la charité, la compassion et le contentement n’ont rien à voir avec la spiritualité et les croyances. Il y a plein d’athées qui pratiquent ces vertus. Quant à la prière, elle est la manifestation d’une croyance en un être supérieur que l’on implore et ne concerne que les croyants. Et je doute qu’elle soit nécessaire, en tout cas pour moi, à une vie équilibrée et à une société humaine saine. Au contraire, je me sentirais vraiment déséquilibré si je mettais mon sort entre les mains d’un personnage conceptuel. Un peu comme les enfants qui demandent au Père Noël de leur apporter plein de cadeaux.

    VOUS DITES : Car j’ai l’impression que notre jeunesse, dépitée par la réalité du monde musulman et ébahit par le modèle occidental, crois que le pure matérialisme est la solution… alors que ce dernier a montré ses limites sur pleins de sujets et qu’on peut, surtout à une période charnière comme la nôtre, inventer un modèle libéré et plus humain sans tomber dans les travers du libéralisme matérialiste et sauvage.

    RÉPONSE: Il ne faut pas confondre matérialisme et libéralisme. Le matérialisme est une position philosophique qui affirme que seul le réel existe et qu’il est composé d’atomes ou de molécules qui se font et se défont avec la mort. Être matérialiste, cela ne veut dire rechercher à tout prix le bien-être matériel dans la vie par l’accumulation de biens et de richesses, mais affirmer qu’il n’y pas d’être supérieur immatériel qui a créé le cosmos et de vie après la mort. D’autre part, le libéralisme est une doctrine économique, qui grosso modo, affirme que le marché fait la loi dans tout et que la liberté individuelle doit primer sur tout. Cela n’a rien à voir avec le matérialisme. En ce qui me concerne, je suis athée et en même temps anti-libéral. Par contre, beaucoup de croyants, dont certains musulmans se disant spirituels, croyants et religieux, ne se gênent nullement pour pratiquer le libéralisme économique en accumulant biens et richesses. Je le dis souvent : les croyants n’ont pas le monopole de la morale et de l’éthique. Bien au contraire. Bon nombre d’entre eux, ne pratiquent ni la charité, ni la compassion, ni même le respect de la vie et des êtres vivants.

  4. الأسئلة بصيرة والاجوبة عمياء
    Malgré la pertinence de cet adage, il ne s’applique pas ici entièrement aux réponses humanistes de notre cher Sami, même si j’ai quelques réserves les concernant.
    En effet, malgré l’innovation, (“des excréments des oiseaux”), dans sa réponse devenue un leitmotiv : “…un livre qui tombe du ciel est livre qu’un passager a jeté d’un avion”, cette réponse reste indigne de la question.
    D’un côté, on ne peut rien jeter d’une fenêtre d’avion, car une fois la fenêtre ouverte, la probabilité d’un accident mettant la vie des passagers en danger est imminente.
    De l’autre côté, en tant que promeneur assidu dans la nature, je n’ai jamais vu un excrément d’oiseau tomber sur moi.
    Par ailleurs, notre cher Sami oublie les bombes qui tombent également du ciel, souvent, œuvres de ceux qui ne croient pas aux livres; des bombes plus nombreuses que les tonnerres, et dont le résultat est en concurrence avec l’épée de Mahomet.
    Cette longue introduction mise à part, J’AI ÉTÉ TRÈS TOUCHÉ PAR LA LETTRE DE CE LECTEUR, INTELLIGENT, LUCIDE, RESPONSABLE, OUVERT D’ESPRIT, TOLÉRANT, HUMAIN ET HUMANISTE.
    Je pense qu’à des personnes comme lui qu’il revient d’effectuer les démarches nécessaires pour transformer le monde arabo-musulman.
    Si par hasard il lui arrive de lire ce commentaire, voici mon message : Je vous apprécie beaucoup et cela me fera un grand plaisir d’entrer en contact avec vous. Vous pouvez demander mon adresse @ à notre ami Sami.

    • “un livre qui tombe du ciel est livre qu’un passager a jeté d’un avion”, cette réponse reste indigne de la question.”
      Quel rapport avec la dignité ? Quand vous jeter un cailloux en l’air, la probabilité qu’il retombe par terre avoisine les 100%. En quoi la dignité est un élément à prendre en considération dans cetter expérience ?

      “D’un côté, on ne peut rien jeter d’une fenêtre d’avion, car une fois la fenêtre ouverte, la probabilité d’un accident mettant la vie des passagers en danger est imminente.”

      La probabilité de trouver une poupée par terre, un doudou perdu est faible. Pourtant à Nice vous pouviez en ramasser. Pour cause, l’enfant décéda sous les roues d’un poid lourd. Sans doute que votre dieu s’est mis dans l’idée ce jour là qu’il fallait envoyer un signe positif de son existence ?

      “Par ailleurs, notre cher Sami oublie les bombes qui tombent également du ciel, souvent, œuvres de ceux qui ne croient pas aux livres; des bombes plus nombreuses que les tonnerres, et dont le résultat est en concurrence avec l’épée de Mahomet.”

      Normal, les croyants sont incapable de fabriquer des avions de guerre. Cependant, ceux qui les actionnent peuvent en être. Le rapport entre le fait de croire et de provoquer des bombardements n’est pas pertinent.

      SI par hasard, l’auteur des message à Sami vous lit je lui déconseille de se tourner vers vous. A part être un racoleur d’âme à la dérive vous ne semblez pas apporter une once de refléxion valable.

  5. Message à Yous,

    Vos arguments sont plutôt faibles:

    1 – S”il y a des parachutistes qui sortent des avions, un livre peut aussi en sortir, sans aucun problème.
    2 – Pour les excréments d’oiseaux, vous n’avez pas qu’à vous promener sur le bord de la mer et regarder la merde des mouettes. De toute façon, tout cela n’est que métaphore pour expliquer que le Coran est un livre écrit par les hommes sur Dieu et non un livre écrit ou inspiré de Dieu à l’intention des hommes.
    3 – Pour les bombes, comparaison n’est pas raison. Je n’ai jamais été d’accord avec le bombardement des civils et en général avec la guerre, pas plus que je suis d’accord pour qu’on égorge, tue, brûle, assassine, viole au nom d’Allah. Le Coran médinois est rempli d’horreurs et il suffit de le lire pour s’en rendre compte. Ce n’est pas en pratiquant l’aveuglement volontaire que les musulmans pacifiques vont rendre service à l’humanité.
    4 – Personnellement, je suis athée, anti-libéral, pacifiste et contre la peine de mort. Je n’approuve pas la guerre, sauf si on doit la faire pour empêcher la tyrannie et la barbarie, comme celle du nazisme et dans un sens contre celle de l’islamo-fascisme. Et je dénonce aussi les crimes commis par les pays occidentaux contre les pays musulmans. Mais je ne crois pas que l’islam ou toute forme de religion soit une réponse à tout cela. Bien au contraire, les religions ne servent qu’à nous empoisonner la vie et à diviser les gens les uns contre les autres en plus de servir les puissants au détriment des faibles.

    • À mon sens, vous avez un avis un peu trop stéréotypé des religions en général. Vous dite ” les religions ne servent qu’à nous empoisonner la vie et à diviser.” Mais vous omettez de dire que la religion chrétienne a permis le progrès dans tout les secteurs de nos sociétés occidental . Vous omettez également de dire que de nombreux religieux de tout temps ont pratiqué la charité et la mansuétude. Alors bien-sûr , vous allez sûrement me faire un résumé quasi-exhaustif des grandes tragédie de l’histoire qui ne sont que l’oeuvre d’humains belliqueux et/ou des conséquences politique que tout le monde connait. Il n’empêche que le christianisme a apporté et continuera d’apporter beaucoup plus à l’humanité que la grande pensée marxiste ( pour ne cité qu’elle) qui dans son application n’a résulté qu’à dénigrer , séparer , causant des millions de victimes. Ce qui est ironique , c’est que l’individu athée reproche souvent au religieux d’être intolérant envers l’autre alors que lui-même ne supporte pas l’idée que la foi religieuse puisse être un besoin pour des millions de personnes à travers le monde.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)