Jan 142012
 

Source : Qui sommes-nous ?

Nous sommes des citoyens et contribuables qui, indépendamment de tout parti politique, avons décidé de dénoncer et d’agir publiquement contre les abus de certains élus qui, en transgressant les limites que leur imposent les lois de la République, menacent les intérêts, la sécurité, les droits et les libertés de leurs administrés.

Notre but est aussi d’empêcher l’utilisation de l’argent public (nos impôts !) dans des projets dont la nature est dangereuse ou légalement douteuse.

L’UDCC accueille en son sein tous les citoyens de bonne volonté, quelles que soient leurs opinions et affiliations politiques ou philosophiques, qui ont compris que, sans une réaction claire des citoyens face à l’inacceptable dérive de certains élus, aucun membre de la classe politique ne réagira, et que l’impunité actuelle continuera et s’aggravera.

Pourquoi l’UDCC ?

L’UDCC a vu le jour en réaction au projet de construction, dans le 18ème arrondissement de Paris, de l’Institut des Cultures d’Islam (ICI). Le maire de Paris, M. Bertrand Delanoë, connu pour sa politique communautariste et clientéliste, pousse depuis plusieurs années, dans l’indifférence des élus municipaux de tous bords, un projet de complexe islamique grandiose, dont le financement se fera quasi intégralement aux frais du contribuable.

Grâce à un astucieux tour de passe-passe sémantique, dans lequel le « cultuel » (le religieux) devient « culturel », et grâce à un montage financier destiné à tromper l’observateur peu averti, M. Delanoë contourne délibérément la loi de 1905, qui interdit le financement des cultes. M. Delanoë met également en danger les Parisiens en omettant de procéder à un audit sérieux du contenu doctrinal qui va être diffusé dans la double mosquée de l’ICI, alors même que les deux associations musulmanes bénéficiaires du projet, ou certains de leurs sympathisants, diffusent depuis des années, et sans se cacher aucunement, un islam promouvant la charia (loi islamique), non compatible avec les lois de la République Française.

Selon nous, le projet de l’Institut des Cultures d’Islam présente toutes les caractéristiques de l’illégalité, et sa réalisation constitue un abus de pouvoir manifeste de la part de M. Delanoë. Abus de pouvoir que nous démontrerons et auquel nous nous opposerons, de manière légale et résolue, jusqu’à ce que l’État fasse son travail et stoppe ce projet illégal, et jusqu’à ce que la Mairie de Paris supprime toutes les subventions publiques affectées à son financement.

L’Institut des Cultures d’Islam : une double illégalité

1)      Un financement illégal :

La loi de 1905 interdit le financement des cultes (article 2). Or l’ICI est un faux-nez « culturel », qui sert de paravent à la construction de deux mosquées (a-t-on déjà vu un centre culturel, financé par les deniers publics, contenir en son sein une église, une synagogue, un temple protestant ou bouddhiste ?), qu’aucune des deux associations musulmanes présentées comme bénéficiaires n’avait l’intention ni les moyens de financer.

« L’emballage » culturel des deux mosquées est financé à 100% (22 millions d’euros) par les contribuables, et « l’espace cultuel » (les mosquées), dont la Mairie de Paris prétend qu’il sera financé de manière privée, est garanti à hauteur de 100% (6 millions d’euros) par la Mairie de Paris, c’est-à-dire par le contribuable.

Autrement dit, si les associations musulmanes, qui jusqu’à aujourd’hui n’avaient pas les moyens de financer la construction de leurs mosquées (sinon pourquoi ne l’ont-elles pas fait ?), ne sont pas en mesure de payer les mosquées qui auront été construites par la Mairie de Paris, c’est la Mairie (donc le contribuable) qui paye !

Cela ressemble à s’y méprendre à une gigantesque subvention de 28 millions d’euros, un énorme détournement de fonds publics dont nous sommes tous les victimes, et servant au surplus à financer illégalement un culte.

2)      Une activité illégale :

Dans l’espace hybride de l’Institut des Cultures d’Islam, construit par la Mairie de Paris et servant à la promotion et à la pratique du culte musulman, aucune précaution n’a été prise pour auditer le contenu doctrinal que diffuseront les organisations musulmanes qui utiliseront les deux nouvelles mosquées implantées dans ses murs.

Les faits prouvent que de nombreuses organisations islamiques diffusent et promeuvent un islam basé sur la charia (loi islamique), incompatible avec les lois et les principes républicains, et dont l’enseignement comme norme de comportement constitue un trouble à l’ordre public manifeste et une atteinte aux droits et libertés d’autrui ainsi qu’à la sécurité publique.

En effet, la Cour Européenne des Droits de l’Homme, dans son jugement du 13 février 2003, a déclaré : « La charia est incompatible avec les principes démocratiques ».

Or aucune des deux associations musulmanes concernées par le projet de l’ICI n’a donné la moindre assurance ni la moindre preuve que ses enseignements sont débarrassés de la charia et de ses concepts discriminatoires, violents et contraires aux principes républicains, démocratiques et moraux de notre société. La Mairie de Paris fait donc preuve d’une grave négligence dans cette affaire, alors même que, depuis des années, ces deux associations musulmanes ont révélé, par leur comportement répété, leur mépris des lois françaises.

Quel que soit le nom fantaisiste qu’il lui donne, le maire de Paris n’a pas le droit construire un centre de promotion de la charia (loi islamique).

Rejoignez-nous :

Vous refusez que vos impôts servent à construire deux nouvelles mosquées en plein Paris ?

Vous voulez que le contenu de l’enseignement dispensé par les associations musulmanes, pour lesquelles la Mairie de Paris construit l’Institut des Cultures d’Islam, soit vérifié, et que sa compatibilité avec les lois de la République Française soit prouvée ?

Vous voulez agir, légalement et pacifiquement, contre le projet scandaleux de l’ICI, afin de défendre vos droits de citoyen et de contribuable ?

Rejoignez-nous !

  One Response to “Union de Défense des Citoyens et Contribuables : Qui sommes-nous ?”

  1. Le jour se lève!
    Il y a de l’espoir!

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)