mai 142011
 

Source: Toronto (Canada) – Je suis encore tout excité d’avoir participé à cet événement historique– alors que quelqu’un brûlait un Coran aux Etats-Unis, quelqu’un d’autre nous en offrait un en signe de solidarité. J’en ai fait part aux membres de ma communauté religieuse lors de l’office du vendredi et tous ont été touchés par ce geste.

Pour la huitième année consécutive, un exercice d’échange interreligieux entre juifs, musulmans et chrétiens a eu lieu dans l’Ontario en toute bonne foi – et la remise du Coran offert a été le grand moment de cette année. Le Festival Abraham à Peterborough est né du principe que les trois religions ont un patrimoine commun qui doit être exploré et partagé. Le fait de traverser la tente symbolique d’Abraham – faisant référence à la tente biblique du prophète, un lieu d’hospitalité et d’obligation envers les étrangers qui était ouvert aux quatre vents – pour pénétrer dans l’église St. Andrew’s a donné aux participants le sentiment que l’histoire peut se renouveler, même dans un cadre moderne.

Dan Houpt, un collègue juif, facilitateur et titulaire d’un doctorat qui brûlait d’envie de réunir les trois religions à Peterborough, nous a offert le Coran, à nous musulmans, pendant le festival, le mois dernier. Il en a d’abord évoqué l’idée à ses homologues musulmans et à la co-fondatrice, Elisabeth Rahman, qui a ensuite consulté le Conseil canadien des imams. Mme Rahman est une convertie. Originaire du Royaume-Uni, elle est devenue active dans la communauté dans les années 70, avec feu son mari indien.

L’association des étudiants musulmans de la toute proche université Trent a accueilli l’office du vendredi, qui cette année a eu lieu le premier jour du festival, afin que les voisins chrétiens et juifs puissent assister à la remise du Coran en guise de cadeau. Dan Houpt a exprimé certaines idées concernant ce geste et il a déclaré: « Ce geste montre que nous sommes solidaires avec les musulmans ». Il a ensuite ajouté que ce cadeau « montre que brûler un livre saint est un acte grave. »

J’ai exprimé ma gratitude et j’ai rappelé à l’assistance – composée de personnes appartenant aux trois religions – qu’il s’agissait d’un hommage reçu au nom de tous les musulmans et que la profanation de tout livre saint était une atteinte à l’ensemble des textes sacrés. J’ai également rappelé que cet acte était en accord avec une tradition historique remontant à l’Espagne du XIIe siècle, quand le musulman Ibn Rushd, le juif Maïmonide et le chrétien Thomas d’Aquin tiraient un enseignement de leurs travaux respectifs, que Jean-Paul II a même considérée être d’une importance historique considérable.

Le thème du festival Abraham de cette année était le pardon. Beaucoup de facilitateurs étaient présents pour faire part de ce que leur religion a apporté en matière de pardon aux autres. Lors de mon intervention, j’ai déclaré aux festivaliers que « le pardon est un sujet intéressant car vous en avez souvent besoin pour les gens que vous aimez le plus. La personne que vous aimez le plus peut être celle qui vous blessera le plus. Et la clémence allège le fardeau. »

Offrir un Coran est une façon, pour la communauté juive locale, de montrer de la bienveillance et d’écarter tout malentendu et toute blessure dont les musulmans auraient pu être victimes dans cette regrettable ambiance islamophobe actuelle – ce que les juifs sont à même de comprendre compte tenu des longues années de lutte contre l’antisémitisme.

J’ai également informé les festivaliers qu’un groupe de juifs avait récemment donné de l’argent et de leur temps pour construire une mosquée à Toronto. Le producteur de télévision Kenny Hotz mettra l’accent sur cet audacieux projet – la mosquée de la Paix – dans son documentaire qui sera diffusé au printemps sur la chaîne de télévision Showcase.

Elisabeth Rahman a pris la parole lors de cet événement et je lui ai remis un mot de remerciement avec le Coran qu’elle utilisera au cours de ses tournées dans les écoles et les prisons de la région. Les musulmans ont été bouleversés par ce témoignage de solidarité et ont exprimé leur reconnaissance car c’est la tradition d’Abraham.

* Habeeb Alli est un journaliste indépendant pour le quotidien musulman The Ambition, un spécialiste répondant aux questions sur www.allexperts.com et l’auteur de 12 ouvrages sur l’islam. Article écrit pour le Service de Presse de Common Ground (CGNews).

 Leave a Reply

(requis)

(requis)


un × 4 =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>